Modifié le 12 février 2019 à 14:04

Le sondage sur l'affaire Maudet ne surprend pas les politiciens genevois

Plus de 62% de la population genevoise estime que Pierre Maudet devrait démissionner du Conseil d'Etat.
Selon un sondage, une majorité de Genevois souhaitent le départ de Pierre Maudet. L’analyse d’Adrien Krause La Matinale / 1 min. / le 12 février 2019
Plus de 62% de la population genevoise est "plutôt favorable" à la démission de Pierre Maudet, selon un sondage MIS Trend révélé lundi. Seuls 26% des citoyens du bout du lac ne la souhaitent pas, des chiffres qui ne surprennent personne dans la classe politique genevoise.

"C'est le torrent qui fait déborder la rivière! Le résultat que tout le monde pressentait." Voilà comment Thomas Wenger, chef du groupe socialiste au Grand Conseil, résume la situation après la publication d'un sondage MIS Trend révélé lundi pour le compte de trois médias, la RTS, Le Temps et Radio Lac.

>> Lire aussi: Une majorité de Genevois souhaite la démission de Pierre Maudet 

Un avis partagé par la quasi-totalité de la classe politique genevoise, sévère à l'égard de Pierre Maudet, à gauche comme à droite. En clair: c'est un élément supplémentaire qui affaiblit encore un peu plus la position du magistrat, d'autant plus que Pierre Maudet s'est souvent appuyé sur le peuple pour prouver sa légitimité.

Il l'a répété : "J'ai été élu par une majorité de Genevois. C'est à eux que je dois rendre des comptes". Avec ce sondage, "il semble avoir perdu son dernier rempart", a confié le député PDC Bertrand Buchs à la RTS.

Du côté des partisans de Pierre Maudet, on tempère. Ce sondage est pris comme une simple prise de température. Quant au principal intéressé, il a indiqué à la RTS "prendre acte des résultats", mais juge l'information orientée.

Une image détériorée pour la classe politique genevoise en général

L'affaire Maudet a détérioré l'image de la classe politique genevoise en général, estiment 68% des sondés. Un chiffre jugé "catastrophique" par certains députés dans un contexte où les affaires se sont enchaînées ces dernières semaines à Genève. "Cela donne l'impression que la politique se résume à "House of Cards", a dit l'un d'entre eux à la RTS.

Ce sondage changera-t-il la position du magistrat? La réponse est unanime. Non. Comme a encore confié un élu: "Pierre Maudet pourrait même prendre ce résultat comme un nouveau défi plutôt qu'une énième défaite".

>> Les réactions des partisans et des opposants dans le 12h45:

Suite du sondage sur l'affaire Maudet : réactions des partisans et des opposants.
12h45 - Publié le 12 février 2019

Adrien Krause/ebz

Publié le 12 février 2019 à 08:45 - Modifié le 12 février 2019 à 14:04

Un dégât d'image qui touche aussi le PLR suisse

Pour Christian Lüscher, vice-président du parti national et conseiller national genevois, "il est évident que l'affaire Maudet n'a pas fait de bien à l'image du PLR genevois, ni à celle du PLR suisse". Pour lui, toutefois, les gens distinguent entre l'affaire Maudet et les valeurs défendues par le parti, tant au niveau cantonal que national.

La stratégie du PLR pour tenter d'empêcher que le dégât d'image ne se transforme en perte électorale est limpide: séparer l'homme du parti, faire la différence entre Pierre Maudet et le PLR.

Christian Lüscher espère que d'ici les élections fédérales de l'automne, de l'eau aura coulé sous les ponts. Il y a eu un dégât d'image lié à une personne qui a admis avoir bafoué les valeurs du parti, estime-t-il. Le vice-président du parti souligne pourtant que les valeurs du PLR restent les mêmes et que celles-ci seront défendues durant la campagne pour les élections. "Entre-temps, il y aura eu le printemps et l'été (...). On aura certainement tourné la page d'ici là."

Stratégiquement, le PLR suisse ne va pas mettre en place une campagne dédiée à la Romandie suite à l'affaire Maudet. Mais le scandale a tout de même donné naissance à des précautions électorales, indique un élu de l'arc lémanique à la RTS: le PLR vaudois par exemple exige désormais de ses candidats qu'ils ouvrent un compte dédié aux dons partisans. Un compte auquel ils n'ont pas accès: seuls deux membres de leur comité de soutien pourront l'utiliser.


mb/ebz