Modifié le 07 mai 2018 à 20:53

Le gouvernement veut modifier le statut des employés de l'Hôpital fribourgeois

L'hôpital fribourgeois en difficulté: mesure phare de sa thérapie de choc est la fin du statut de fonctionnaire de ses employés
L'hôpital fribourgeois en difficulté: mesure phare de sa thérapie de choc est la fin du statut de fonctionnaire de ses employés 19h30 / 1 min. / le 07 mai 2018
Le Conseil d'Etat a annoncé lundi un plan de mesures pour assainir l'Hôpital fribourgeois. Il veut notamment modifier le statut du personnel pour qu'il ne soit plus employé par l'Etat. Cette proposition suscite un tollé dans les syndicats.

"L'Hôpital fribourgeois (HFR) traverse une période difficile, tant sous l'angle financier que sous l'angle de la gouvernance et du fonctionnement", déplore le Conseil d'Etat, qui a présenté lundi devant les groupes politiques du Grand Conseil et les syndicats un plan destiné à assainir la situation. Celles-ci seront soumises prochainement au Parlement.

Dans un contexte de forte concurrence, le Conseil d'Etat veut que l'HFR puisse se positionner comme "l'hôpital public fribourgeois", entre les hôpitaux universitaires de Berne et de Lausanne. Il veut notamment assurer des soins de qualité et contribuer à la relève de la médecine de proximité.

Les syndicats au front

Principale mesure envisagée: la création d'une nouvelle loi sur le personnel hospitalier, spécifique au secteur. Le gouvernement estime que la Loi sur le personnel (LPers), qui régit actuellement les rapports de travail entre l'Hôpital fribourgeois et ses employés, "ne fournit plus le cadre légal adéquat pour la gestion du personnel hospitalier".

Le Syndicat des services publics dénonce vivement la proposition du gouvernement qui, selon lui, fait "payer l’addition au personnel, victime de la gestion désastreuse de l'HFR". Le syndicat évoque la perte de plusieurs centaines de francs par mois pour les employés et appelle à une Assemblée générale extraordinaire mercredi afin de décider "des mesures de lutte".

Même son de cloche à la Fédération des associations du personnel du service public du canton de Fribourg (FEDE) qui dénonce dans l'attitude du Conseil d'Etat "une grande condescendance à l'égard du personnel" qui a "été mis devant le fait accompli". La FEDE va également réunir le personnel pour discuter de la suite à donner à cette décision.

"Pas de baisse de salaires dans un premier temps"

Questionnée dans l'émission Forum, la conseillère d'Etat en charge de la Santé Anne-Claude Demierre est restée prudente quant à la question du personnel. "Le Conseil d'Etat a vraiment le souci de garder le personnel dans un statut public. Mais cette loi doit permettre une certaine flexibilité pour permettre à l'hôpital de relever les défis auxquels il est confronté, notamment celui de son positionnement par rapport à cette nouvelle loi fédérale qui introduit une concurrence entre les hôpitaux."

>> L'interview de la conseillère d'Etat Anne-Claude Demierre:

La conseillère d'Etat fribourgeoise Anne-Claude Demierre.
Anthony Anex - Keystone
Forum - Publié le 07 mai 2018

Qu'en est-il des rémunérations? "Le Conseil d'Etat s'est engagé à ne pas baisser les salaires, dans un premier temps en tout cas. Les discussions auront lieu avec les partenaires sociaux."

Et d'ajouter: "L'hôpital doit d'abord travailler sur les durées de séjour. L'hôpital fribourgeois est 1,3 jour au-dessus de la moyenne suisse. Diminuer d'un jour cette durée engendrerait des économies de 15 à 20 millions de francs."

Un rapport explosif

Demandé par l'HFR, cet assouplissement du cadre légal avait été recommandé par un groupe de travail dans un rapport présenté en 2016 au Conseil d'Etat et dont le contenu, gardé secret, avait été révélé par la RTS il y a deux semaines. Ce document montrait que le niveau moyen pondéré des salaires pratiqués à l'HFR était plus haut de 7,9% que la moyenne du marché suisse.

>> Lire aussi: Un rapport explosif veut faire baisser les salaires à l'Hôpital fribourgeois

dk avec ats

Publié le 07 mai 2018 à 15:09 - Modifié le 07 mai 2018 à 20:53

Plusieurs autres mesures envisagées

Le plan de mesures présenté par le Conseil d'Etat fribourgeois demande également une professionnalisation de la gouvernance de l'Hôpital fribourgeois, qui a terminé l'exercice 2017 sur un déficit de 14,6 millions de francs.

Le gouvernement, suivant les recommandations de l'audit rendu public en février, propose ainsi de réduire le nombre des membres du conseil d'administration. Le Grand Conseil n'y enverra plus de représentants, mais "sera impliqué dans la sélection des membres", souligne le Conseil d'Etat, qui devrait encore y être représenté.

Le HFR doit également améliorer ses efforts d'efficacité, afin de s'adapter au nouveau financement hospitalier, introduit en 2012. La durée moyenne des séjours y était de 6,9 jours en 2015, contre 5,6 jours en moyenne suisse, entraînant des coûts supplémentaires.

"Plusieurs manquements" ont été identifiés au niveau de la gestion et de la comptabilité, selon le Conseil d'Etat. L'Inspection des finances a déjà émis 14 recommandations relatives à la comptabilité et à la facturation de l'HFR et doit mener un audit supplémentaire sur la qualité et la fiabilité de la comptabilité analytique de l'hôpital d'ici à juin.