Publié

A Fribourg, le ras-le-bol des commerçants de l'avenue Beauregard

Centre-ville de Fribourg: le chantier de la discorde [RTS]
Centre-ville de Fribourg: le chantier de la discorde / 19h30 / 2 min. / le 31 mars 2018
Au coeur de Fribourg, les travaux de réfection de la chaussée et d'installation du chauffage de l'avenue Beauregard ont pris du retard au grand dam des commerçants. Mécontents, ils peinent à obtenir des indemnisations.

A quelques mètres de la gare de Fribourg, l'avenue Beauregard est en travaux depuis plus de neuf mois. Les voitures ne passent plus et les rares piétons se serrent sur les trottoirs.

A cause de nombreux imprévus et retards, la fin du chantier - initialement prévue en décembre - est repoussée à mi-mai. Une mauvaise nouvelle pour les commerçants de la rue dont le chiffre d'affaires est en chute libre.

Nous avons perdu pas mal de clients

Sara Staudenmann, gérante d'un kiosque

La plupart des magasins ont dû réduire le temps de travail de leurs employés. La boulangerie, elle, ferme plus tôt deux après-midis par semaine.

Tous attendent des autorités une juste indemnisation. Problème: il est extrêmement difficile de prouver le préjudice financier car il faut fournir des comptes mensuels extrêmement précis pour les comparer aux années précédentes et, si indemnisation il y a, elle intervient beaucoup plus tard.

Jurisprudence peu favorable

Contactée, la Ville de Fribourg ne souhaite pas s'exprimer sur ces demandes d'indemnisation. Tout au plus précise-t-elle que 21 dossiers sont en cours de traitement pour l'ensemble de la commune.

Interrogé il y a quelques semaines lors d'un bilan de chantier, Fabien Noël, l'ingénieur de la Ville, ne semblait pour sa part pas très optimiste: "La marge pour bénéficier d'une indemnisation est relativement restreinte".

La jurisprudence n'est en effet pas franchement favorable aux commerçants dans ce genre de situation. Un constat qui ne devrait pas apaiser les esprits alors que d'autres chantiers d'envergure sont projetés ces prochaines années à Fribourg.

Melchior Oberson/jgal

Publié