Publié

Fribourg précise sa stratégie d'intégration des élèves handicapés

Un enfant handicapé et des cartables d'écoliers en classe (image d'illustration). [Dominic Steinmann - Keystone]
Un enfant handicapé et des cartables d'écoliers en classe (image d'illustration). [Dominic Steinmann - Keystone]
La loi fribourgeoise sur la pédagogie spécialisée est sous toit: le Grand Conseil l'a adoptée mercredi à l'unanimité. Ce texte concrétise et précise la stratégie cantonale de soutien pour les élèves en situation de handicap.

L'élaboration de la loi a nécessité dix ans de travaux et de négociations avec les milieux concernés.

L'objectif est d'offrir, dès la naissance et jusqu'à 20 ans, une aide adaptée à tous les enfants en situation de handicap ou qui ont des besoins particuliers. Plusieurs milliers de jeunes Fribourgeois sont concernés.

"L'école pour tous"

L'enfant peut être accueilli dans une classe d'école ordinaire ou dans une école spécialisée. Mais la solution privilégiée est l'intégration dans une classe ordinaire: la loi consacre ainsi la stratégie de "l'école pour tous".

Cependant, elle précise que le principe de proportionnalité prévaut. La décision doit tenir compte à la fois des intérêts de l'enfant et de l'organisation scolaire.

Parmi les nouveautés de cette loi: un groupe d'évaluation examinera les cas des élèves susceptibles de bénéficier de mesures spécialisées. Et le canton engagera des auxiliaires de vie scolaire pour l'accompagnement technique.

ats/tmun

Publié

Cohérence avec le concept cantonal de pédagogie spécialisée

Les principes de cette loi s'inscrivent dans la continuité de la pratique fribourgeoise. Et comme l'a souligné le conseiller d'Etat Jean-Pierre Siggen, ils sont cohérents avec le concept cantonal de pédagogie spécialisée qui a été finalisé en 2015.

Certains députés ont souligné que l'intégration ne doit pas être appliquée à tout prix. Il faut peser les intérêts et vérifier si des solutions optimales peuvent être mises en place pour l'élève concerné mais aussi pour les autres élèves de la classe d'accueil. Des députés ont aussi averti: des adaptations seront nécessaires pour éviter une surcharge de travail pour les enseignants.