Publié

Une louve retrouvée morte dans un champ de Bellegarde à Fribourg

Des analyses vont être menée sur le cadavre pour déterminer l'origine de l'animal. [Service cantonal des forêts et de la faune]
Des analyses vont être menée sur le cadavre pour déterminer l'origine de l'animal. [Service cantonal des forêts et de la faune]
Pour la première fois, un loup a été découvert sans vie dans le canton de Fribourg. Les circonstances de la mort ne sont pas établies, a indiqué samedi le Service cantonal des forêts et de la faune (SFF).

Un agriculteur a vu des animaux tourner autour du cadavre et a alerté les gardes-faune, a expliqué Dominique Schaller, chef du SFF. Un garde-faune a ensuite pu constater qu'il s'agissait bien d'un individu femelle adulte.

Le cadavre a été transporté à l'Institut de pathologie de l'Université de Berne pour y être autopsié. Pour l'heure, aucune piste n'est privilégiée quant aux circonstances de la mort, relève le communiqué du SFF. Un acte de malveillance n'est pas exclu, a toutefois précisé Dominique Schaller.

A priori, l'animal ne présente pas de trace de balle, mais on ne peut exclure un projectile de petit calibre, explique le chef du SFF. Le spécialiste penche toutefois plutôt pour le scénario d'un empoisonnement, qui semble le plus plausible. Le SFF et la police cantonale conduisent des investigations. Le Ministère public a ouvert une enquête.

ats/mre

Publié

Analyses génétiques prévues

Des analyses génétiques seront réalisées afin de déterminer l'identité de l'individu. Les résultats devraient être connus d'ici une semaine. Il est actuellement impossible d'indiquer s'il s'agit de la femelle F13, présente et identifiée au début de l'année, dans la même région.

En l'état actuel des observations, la population de loups dans le canton de Fribourg se résume à trois individus au maximum, pour autant que ceux-ci y soient toujours. La surveillance se poursuit. Les dernières photos du loup M64 et de la louve F13 qui l'accompagne datent de mi-mars.

Un jeune loup avait par ailleurs été observé en février dans le sud du canton, à Bulle, à Broc et à Charmey. Les analyses de crottes et de poils en laboratoire n'avaient pas permis d'identifier génétiquement cet individu.

Pas d'autorisation de tir à Fribourg

Alors que d'autres cantons ont effectué ou prévu des tirs de régulation (Valais, Tessin, Grisons), ce n'est pas à l'ordre du jour côté fribourgeois. Les conditions posées par la législation fédérale ne sont pas remplies dans le canton.

En effet, il y a eu 33 animaux de rente tués durant l'estivage 2016 (dont aucun sur un alpage protégé par des chiens) et une dizaine pour l'instant en 2017 (toujours aucun sur les alpages protégés par des chiens). Il s'agit là de statistiques inférieures aux limites légales.