Modifié

Le Conseil central islamique suisse ne pourra pas se réunir samedi à Fribourg

"Les Musulmans ont les mêmes droits que les autres citoyens", avait argumenté le président du CCIS Nicolas Blancho. [Keystone]
"Les Musulmans ont les mêmes droits que les autres citoyens", avait argumenté le président du CCIS Nicolas Blancho. [Keystone]
Le Tribunal fédéral a refusé d'accorder des mesures superprovisionnelles au Conseil central islamique suisse (CCIS), confirmant ainsi l'interdiction de la réunion prévue samedi à Fribourg.

Le Conseil central islamique suisse (CCIS) ne pourra pas tenir sa conférence annuelle, samedi à Fribourg. Le Tribunal fédéral a refusé mercredi de lui accorder des mesures superprovisionnelles.

A la suite du refus du préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré en juin, le CCIS avait déposé un premier recours devant le Tribunal cantonal fribourgeois. Celui-ci, comme les juges de Mon Repos, avait refusé d'accorder des mesures superprovisionnelles, sans statuer sur le fond.

Risques de débordements

Pour justifier son refus, le préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré avait mis en balance le principe de la sauvegarde de l'ordre et le principe de la liberté de réunion et d'association: les "risques de débordements" de la réunion étaient plus importants que l'entrave à la liberté, selon lui. Il avait aussi cité une liste "floue" des orateurs.

Il devait s'agir samedi de la 3e conférence annuelle du CCIS: les deux premières éditions avaient été autorisées, en 2012 à Fribourg et en 2013 à Palexpo.

ats/asch

Publié Modifié