Modifié le 31 juillet 2013 à 11:05

La justice genevoise condamne des propos antisémites tenus sur internet

clavier
Les écrits sont dirigés contre tous les juifs, a relevé le président du Tribunal. [Damian Dovarganes - ]
Un homme qui avait publié des articles à caractère antisémite sur internet a été condamné mercredi par la justice genevoise à 6 mois de prison avec sursis pour discrimination raciale.

Un homme de 55 ans qui avait publié des articles à caractère antisémite sur internet a été condamné mercredi à six mois de prison avec sursis par le Tribunal de police à Genève. Il est reconnu coupable de discrimination raciale.

Les écrits sont dirigés contre tous les juifs, a relevé le président du Tribunal. Le prévenu estime aussi que l'antisémitisme est naturel et en contestant certaines preuves, il en vient à nier intégralement l'Holocauste, a-t-il relevé.

Avertissements répétés

La cinquantaine d'articles publiés entre janvier 2010 et mai 2013 tombent donc sous le coup de la norme pénale antiraciste. L'homme est aussi reconnu coupable de calomnie notamment pour avoir traité la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) d'"organisation crapuleuse".

Le Tribunal a aussi retenu l'insoumission à une décision d'autorité. Sommé à plusieurs reprises par la justice de retirer les articles litigieux, l'homme ne s'était pas exécuté.

ats/rber

Publié le 31 juillet 2013 à 10:50 - Modifié le 31 juillet 2013 à 11:05

Libération immédiate

Le Ministère public avait requis quatre mois de prison ferme. Les juges ont prononcé une peine privative de liberté de six mois, mais l'ont assortie d'un sursis sur trois ans. Ils n'ont pas retenu de circonstances atténuantes.

"Les faits sont très graves. Vous vous érigez en victime et vous renversez les rôles", a lancé le président au prévenu. Le juge espère toutefois que l'homme qui a fait 55 jours de détention de sûreté saura prendre acte du jugement et qu'il s'y tiendra. Sa libération immédiate a été ordonnée.

Un franc symbolique pour tort moral

Conformément aux souhaits des plaignants, le prévenu devra leur verser un franc symbolique pour tort moral. Il devra aussi payer les frais de défense et de procédure ainsi qu'une amende de 200 francs. Son avocat ne sait pas encore si son client compte recourir contre ce jugement.