Modifié le 07 mai 2013 à 09:58

Quatre communes fribourgeoises vers une fusion sous le nom d'Englisbourg

Le projet Englisberg prévoyait 9000 habitants en 2016 -ce qui en aurait fait la quatrième commune du canton.
Selon les projections, la nouvelle entité rassemblera 9000 habitants en 2016 - ce qui en ferait la quatrième commune du canton - et 16'000 en 2030. [Nordine Hadj Ali - ]
Les habitants de Chésopelloz, Corminboeuf, Givisiez et Granges-Paccot se prononceront en mars 2014 sur le projet de fusion de leurs communes en une nouvelle entité, baptisée Englisbourg.

Le projet de fusion des communes fribourgeoises de Chésopelloz, Corminboeuf, Givisiez et Granges-Paccot prend forme. Le vote populaire est prévu en mars 2014 et la nouvelle entité, Englisbourg, devrait naître en janvier 2016.

Le comité de pilotage "2C2G" a déposé lundi son projet au service cantonal des communes pour une première analyse. Le centre administratif sera à Granges-Paccot, le centre financier à Givisiez et le centre technique à Corminboeuf.

L'option préférée des citoyens interrogés

Il n'y aura aucun licenciement: les adaptations se feront via des départs naturels, a détaillé devant la presse à Givisiez Albert Lambelet, syndic de Corminboeuf.

Lors d'un sondage auquel 1800 citoyens ont répondu en janvier, près de 85% étaient favorables à ce projet plutôt qu'à celui de la préfecture prévoyant de rattacher Granges-Paccot et Givisiez à Fribourg.

ats/jgal

Publié le 06 mai 2013 à 17:48 - Modifié le 07 mai 2013 à 09:58

Une étape avant le Grand Fribourg

Cette fusion ne se veut pas un coup de frein à celle du Grand Fribourg, mais une étape nécessaire pour la réussir, plutôt que de risquer l'échec devant le peuple avec un plus gros projet.

L'un des points centraux pour Englisberg est de proposer une fiscalité attractive. Les impôts sur les personnes physiques et morales sont fixés à 65%.

Cela correspond à la situation de Givisiez et Granges-Paccot, tandis que Chésopelloz et Corminboeuf connaîtront une baisse d'impôts.

Le projet pourrait bénéficier de près de 2 millions de francs dans le cadre de l'encouragement aux fusions.

D'où vient le nom choisi?

Le nom choisi provient de la famille d'Englisberg, très présente dans la région au XIIIe siècle.

Les partenaires estiment qu'il représente bien la territorialité des quatre communes ainsi que la proximité de la capitale cantonale.

De nouvelles armoiries se dessinent déjà, avec dans leur partie supérieure un lion (symbolique actuelle de Givisiez et Granges-Paccot), et dans leur partie inférieure une croix pattée d'argent (en référence à Corminboeuf et Chésopelloz).

Les étapes jusqu'à la fusion

Le dépôt de la convention de fusion auprès du Conseil d'Etat aura lieu en septembre-octobre 2013.

Ensuite, en cas de vote favorable, la mise en place s'organisera entre avril 2014 et décembre 2015.

Des élections anticipées auront lieu à l'automne 2015 dans chaque commune pour former un conseil communal de onze membres.

La répartition pour la période transitoire jusqu'en 2021 est d'un siège pour Chésopelloz, trois pour Corminboeuf, quatre pour Givisiez et trois pour Granges-Paccot.