Modifié

Le bâtiment de chimie de l'Université de Fribourg est à bout de souffle

Le bâtiment de chimie de l’Université de Fribourg est en mauvais état. 67 millions sont prévus pour son assainissement [RTS]
Le bâtiment de chimie de l’Université de Fribourg est en mauvais état. / 12h45 / 2 min. / le 24 janvier 2023
Datant de 1974, le bâtiment du Département de chimie de l'Université de Fribourg est en mauvais état. Le coût de l'assainissement est évalué à 67 millions de francs. Au Grand Conseil, un député UDC souhaite que toute la lumière soit faite sur les raisons de cette dégradation.

Dans le bâtiment du Département de chimie de l'Université de Fribourg, une partie de la ventilation est défectueuse. Elle ne permet plus d'évacuer correctement les éventuelles vapeurs nocives.

La santé du personnel et des étudiants n'a jamais été mise en danger, assure la Faculté des sciences. Toutefois, les cours sont difficiles à coordonner. "Nous avons perdu la moitié de notre surface de travail. Les étudiants doivent se serrer. Il faut faire des sacrifices de confort", note Christian Bochet, professeur de chimie et ancien doyen de la Faculté des sciences, mardi dans le 12h45 de la RTS.

La situation ne semble pas avoir nui à l'attractivité du Département de chimie. En 2010, il y avait un millier d'étudiants et, aujourd'hui, on en compte 2400.

Un sous-entretien considérable

Mais comment a-t-on pu laisser ce bâtiment se dégrader à ce point? Le monde politique se pose la question. "Pour moi, il y a un manque clair de communication de la part du Conseil d'Etat et de l'Université", estime Gabriel Kolly, député UDC au Grand Conseil.

Le gouvernement reconnaît un sous-entretien des bâtiments cantonaux, dont ceux de l'Université. "Ces deux dernières années, une analyse a été faite de tout le parc immobilier de l'Etat. Il est largement en moins bon état que la moyenne suisse. C'est dû à un sous-entretien considérable au cours des dernières décennies", indique le conseiller d'Etat en charge des Infrastructures Jean-François Steiert.

Un projet d'assainissement du bâtiment de chimie est évalué à 67 millions de francs. Vu l'ampleur de l'investissement, la population devra certainement se prononcer.

Maurice Doucas/vajo

Publié Modifié