Modifié

Pétition contre un abattoir de Micarna dans la Broye fribourgeoise

Le futur abattoir transformera 40 millions de poulets par an (image d'illustration). [Christophe Di Pascale - Photononstop/AFP]
Une pétition récolte 3600 signatures contre l'ouverture d'un abattoir à Saint-Aubin / Le 12h30 / 1 min. / le 23 novembre 2022
Migros veut construire un abattoir à poulets géant à St-Aubin, dans la Broye fribourgeoise. Mais une association en faveur de la transition écologique s'y oppose par le biais d'une pétition.

L'association EcoTransition La Broye a remis une pétition munie de plus de 3600 signatures mardi au Conseil d'Etat fribourgeois. Le texte demande à l'exécutif de ne pas vendre un terrain à Micarna sur le site d'innovation agro-alimentaire de St-Aubin.

La parcelle mesure l'équivalent de 13 terrains de football et doit être cédée à la filiale viande de Migros pour près de 22 millions francs. Le futur abattoir à poulets géant transformera 40 millions de volatiles par an et créera 400 à 500 emplois.

>> Voir aussi le 12h45:

3'600 signatures contre un projet d'abattoir à Saint-Aubin [RTS]
3'600 signatures contre un projet d'abattoir à Saint-Aubin / 12h45 / 2 min. / mercredi à 12:45

"Pas des emplois pour la population locale"

Membre fondateur de l'association EcoTransition La Broye, Alaric Kohler estime cependant qu'il ne s'agirait "pas d'emplois pour la population locale dans la très grande majorité". Interrogé mercredi dans le 12h30 de la RTS, il a souligné que St-Aubin se trouvait par la route à 1h15 de Pontarlier, dans le Jura français. "Donc on risque d'avoir plutôt des personnes temporaires, voire frontalières", a-t-il estimé.

"Tout donne à penser qu'on est un peu au fin fond du canton de Fribourg et que la qualité de vie de cette région importe peu", a encore regretté Alaric Kohler. "Le canton a acheté un terrain et on dirait qu'il est pressé de s'en débarrasser rapidement. Il déplore qu'il n'y ait pas eu de compétition positive entre entreprises "pour avoir quelque chose qui corresponde à ce qu'on nous a pourtant bien annoncé comme le Swiss campus of innovation".

Migros, de son côté, précise qu'elle entend "établir des normes exemplaires" en matière de durabilité et bien-être animal".

Fabrice Gaudiano/oang

Publié Modifié