Modifié

Du harcèlement psychologique dénoncé dans le vestiaire d'Elfic Fribourg

Le quotidien fribourgeois "La Liberté" dévoile des témoignages de joueuses de basketball du club Elfic Fribourg évoquant des cas de harcèlement psychologique [RTS]
Le quotidien fribourgeois "La Liberté" dévoile des témoignages de joueuses de basketball du club Elfic Fribourg évoquant des cas de harcèlement psychologique / 19h30 / 2 min. / le 19 novembre 2021
Le quotidien fribourgeois La Liberté a publié vendredi une enquête dénonçant des faits de harcèlement psychologique au sein du club de basket féminin d'Elfic Fribourg. Dans un contexte déjà lourd marqué par plusieurs affaires de ce type, celle-ci est toutefois la première à frapper un sport collectif.

Dans une période où les langues se délient, les affaires se multiplient. C'est désormais au club d'Elfic Fribourg d'être dans la tourmente.

Dans une grande enquête de La Liberté publiée vendredi, des anciennes joueuses du club dénoncent le "harcèlement psychologique" infligé à certaines d'entre elles par l'entraîneur du club et responsable du centre de formation.

Des échanges "destructifs"

Ces joueuses se sont souvent senties dévalorisées et parfois même humiliées par l'homme à la tête de l'équipe, pour qui "ce n'était jamais assez bien".

Un témoignage rapporte, par exemple, qu'il aurait hurlé une fois dans le vestiaire à la mi-temps d'un match: "Vous jouez vraiment comme une bande de sales p...". Des échanges pas constructifs, mais destructifs, résume une témoin.

Mais le principal intéressé s'en défend. Il estime que, dans le sport de haut niveau, tout le monde n'est pas égal dans un vestiaire, et que certaines joueuses doivent ainsi être plus souvent recadrées que d'autres.

>> Les précisions dans le 12h30:

Du harcèlement serait infligé à certaines joueuses du club par l'entraîneur Romain Gaspoz. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
Une affaire de harcèlement psychologique secoue l’équipe de basket d'Elfic Fribourg / Le 12h30 / 1 min. / le 19 novembre 2021

Le collectif absent?

En effet, différence notable avec d'autres affaires qui ont défrayé la chronique ces derniers mois, dans le monde de la gymnastique ou de la danse notamment, le cas d'Elfic Fribourg frappe un sport collectif.

Dans un tel cas, la dynamique d'un vestiaire aurait pu permettre d'éviter que cette situation ne vire au harcèlement psychologique. Mais dans le cas d'Elfic Fribourg, il n'y a pas eu d'effet de groupe contre l'autorité de l'entraîneur.

Quant à la présidente du club Karine Alleman, elle dit "tomber des nues". Personne n'est jamais venu se plaindre auprès d'elle. "Il y a peut-être eu des incompréhensions, mais je ne peux pas imaginer qu'un coach fasse exprès de nuire à ses joueuses", estime-t-elle.

Interviewée dans le 19h30, elle ajoute que le club a reçu de nombreux messages de soutiens d'anciennes joueuses. Elle reconnaît toutefois qu'il existe toujours une marge de progression: "On doit être meilleurs dans le debriefing de ces jeunes, ne pas attendre qu'elles viennent nous parler, mais si on voit quelqu'un un peu dans la difficulté, être peut-être davantage proactif."

Grégoire Oggier/jop

Publié Modifié