Modifié

A Fribourg, le Groupe Saint-Paul réunit ses quatre journaux dans une société

Serge Gumy, le rédacteur en chef de la Liberté, reprend la direction du Groupe Saint-Paul [RTS]
Serge Gumy, le rédacteur en chef de la Liberté, reprend la direction du Groupe Saint-Paul / 12h45 / 18 sec. / le 2 septembre 2021
Le Groupe Saint-Paul va créer une société qui regroupera les quatre journaux du groupe, à savoir La Liberté, La Gruyère, La Broye Hebdo et Le Messager. La nouvelle société sera dirigée par l'actuel rédacteur en chef de La Liberté Serge Gumy.

"La profonde transformation du marché des médias et la nécessaire adaptation à la numérisation rendent incontournable un regroupement de nos forces et une collaboration plus étroite de nos équipes", explique Thierry Mauron, actuel directeur du Groupe Saint-Paul qui prend sa retraite, cité jeudi dans La Liberté.

Outre les titres du groupe, la société abritera également la régie publicitaire, ainsi que les services marketing et de distribution. Cette réorganisation n'entraîne pas de licenciement (lire la réaction du syndicat en encadré), mais il est probable qu'à terme les effectifs globaux des journaux diminuent. Les quatre journaux garderont également leur rédaction en chef respective.

Projection en 2030

"Nous nous sommes projetés en 2030 pour voir ce qui se passerait si nous n'agissions pas. Les recettes publicitaires sont en diminution, il s'agit donc de réagir, de nous organiser différemment et de chercher des synergies entre nos différents titres.", explique Thierry Mauron jeudi dans le 12h30.

Saint-Paul parle d'un "changement dans la continuité" à propos de la décision du conseil d'administration de transmettre la double casquette de directeur et d'éditeur à Serge Gumy.

"Enorme travail" pour réduire les charges

Des synergies seront établies entre les différentes équipes rédactionnelles, amenées à collaborer sur certains traitements de l'actualité. Selon le directeur de la future société, la restructuration menée par le Groupe Saint-Paul vise à assurer la pérennité des quatre titres. "Le défi numérique, nous le relevons déjà. Il faut poursuivre ce travail, nous serons plus forts ensemble. Nous n'aurons qu'une seule plateforme numérique pour l'ensemble de nos titres", explique Thierry Mauron.

>> L'interview complète de Thierry Mauron dans le 12h30:

Tous les mercredis, un café fribourgeois propose de se réunir pour passer en revue les titres de la presse du jour. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Le groupe fribourgeois Saint-Paul réunit ses quatre journaux dans une société / Le 12h30 / 4 min. / le 2 septembre 2021

En effet, si leur situation économique est actuellement saine, notamment grâce à "un énorme travail sur la diminution des charges", l'avenir à moyen terme s'annonce délicat, si rien n'est entrepris. "

Serge Gumy, 51 ans, quittera la rédaction en chef de La Liberté le 30 novembre. Les démarches pour sa succession sont en cours, précise le journal. Le Groupe Saint-Paul avait déjà annoncé en novembre dernier une restructuration de ses activités d'impression et leur regroupement sur le site de Bulle.

>> Relire: Le Groupe Saint-Paul supprime 30 emplois dans l'imprimerie

vajo avec ats

Publié Modifié

Les syndicats craignent pour la diversité des médias fribourgeois

"Conscient" que des changements sont nécessaires dans ce secteur en pleine mutation, le syndicats de presse Impressum accueille les annonces du Groupe Saint-Paul (lire ci-dessus) avec un "sentiment mitigé".

Il craint pour la diversité des médias fribourgeois. Cela ressemble "à un premier coup de canif dans des titres plus que centenaires et à l'identité bien définie", estime-t-il dans un communiqué diffusé jeudi.

Si Impressum salut le fait que ces changements soient réalisés "sans licenciement", il promet de rester "très attentif" à la mise en œuvre de la restructuration et des collaborations annoncées.

Tendance à l'uniformisation

Syndicom déplore également un nouveau coup porté à la diversité des médias. La restructuration a pour but affiché de créer des synergies rédactionnelles qui aboutissent trop souvent à une uniformisation des contenus. Cette tendance est mauvaise pour le débat démocratique et la qualité de l'information.

Il est en outre essentiel que cette restructuration ne se fasse pas au détriment des conditions de travail des collaborateurs, ajoute le syndicat. La diminution des effectifs, même résultant de départs naturels, signifie un report de travail pour les autres collaborateurs.