Modifié

L'Hôpital fribourgeois veut créer des centres de compétence dans les régions

L'hôpital de Fribourg. [Anthony Anex - Keystone]
Quelles sont les réformes à venir pour l'Hôpital cantonal de Fribourg après la pandémie? / Le 12h30 / 1 min. / hier à 12:34
L'Hôpital fribourgeois (HFR) a présenté vendredi matin sa stratégie d'avenir. La pandémie de Covid-19 a permis d'accélérer les réformes, notamment dans les régions du canton avec la création de centres de compétence.

Les blocs opératoires ont été réorganisés et les urgences ont été fermées pendant la nuit. A Tavel, faute de médecins, les urgences ont même fermé leurs portes. Sur le plan de l'organisation, le virus a imposé la digitalisation à marche forcée.

Ainsi, la stratégie à horizon 2030 du HFR a été "boostée" avec le Covid-19.

L'HFR du futur sera composé d'un centre hospitalier fort, l'Hôpital cantonal de Fribourg, avec un nouveau site à construire. Ses satellites, dans les régions, seront constitués de centres de compétence avec des lits stationnaires et des centres de santé proposant des soins ambulatoires.

Le rôle des centres de santé précisé

Flou jusqu'à présent, le contenu des centres de santé a été précisé. L'idée est de créer des pôles de compétences ambulatoires en lien avec les besoins de la population et en collaboration avec des privés: cabinets médicaux, physiothérapeutes, dentistes, laboratoires ou centres de radiologie.

Elle sera la tête de pont du HFR dans les campagnes, un sas d'entrée, qui en fonction des maux du patient le soigne en ambulatoire, l'oriente sur un centre de compétences ou directement sur l'Hôpital cantonal.

Pour tester le concept, l'hôpital de Riaz, près de Bulle, a été choisi. L'expérimentation démarrera en août.

Fabrice Gaudiano/vajo avec ats

Publié Modifié

Dépôt de l'initiative pour des urgences hospitalières 24/24

Le corps électoral fribourgeois devrait se prononcer sur l'initiative populaire "Pour des urgences hospitalières publiques 24/24 de proximité". Le texte muni de 12'000 signatures a été remis vendredi à la Chancellerie d'Etat.

Les autorités vont maintenant vérifier la validité des signatures et constater ou non l'aboutissement de l'initiative, a précisé l'Etat de Fribourg. Il faut 6000 paraphes valables pour que l'initiative aboutisse.

Pour le comité citoyen à l'origine de cette initiative, il s'agit de la seule réponse qu'il juge crédible et adaptée à ce qu'il considère comme un démantèlement hospitalier. Il avait fait part au début du mois de son inquiétude après la décision de l'Hôpital fribourgeois de fermer définitivement les urgences de nuit sur le site de Tavel.