Modifié le 06 février 2020 à 09:02

Le curé de la cathédrale de Fribourg face à une nouvelle accusation d'abus sexuel

L'abbé Paul Frochaux en 2016.
De nouvelles accusations contre le curé de la cathédrale de Fribourg Paul Frochaux Le 12h30 / 1 min. / le 05 février 2020
Suspendu jeudi de son ministère, l'abbé de la cathédrale de Fribourg doit faire face à une nouvelle accusation, cette fois-ci pour abus sexuels sur un jeune homme. Ces faits remontent à plus de vingt ans et se sont déroulés dans le chalet du prélat.

Sous le coup d'une enquête canonique pour harcèlement sexuel envers un abbé actif à Peseux (NE), Paul Frochaux est aussi mis en cause dans une histoire d'abus sexuel sur un enfant de choeur en 1998. Dans la foulée de ces révélations, il a été suspendu de ses obligations.

A l'époque, l'homme d'Eglise officiait à Morges (VD) et avait invité l'adolescent de 17 ans à passer un week-end dans un chalet en Valais. "Je me souviens de ce qui suit: le prêtre était allongé sur le lit sans vêtements et j'avais son pénis dans la bouche. Plus tard, il a touché mon membre", témoigne sur SRF et dans le Tages-Anzeiger le jeune homme qui est désormais âgé de 39 ans.

"L'impression d'avoir été violé"

L'ancien enfant de choeur raconte qu'il "a beaucoup souffert de ce qui s'est passé. C'était un mélange de honte et le sentiment d'avoir été violé". Le trentenaire avait une relation étroite à l'époque avec Paul Frochaux. Pour lui, le curé était "une figure d'autorité, une figure paternelle et un employeur. Je me sentais à l'aise dans ce rôle de petit chouchou. J'étais invité au presbytère et j'ai participé à des voyages paroissiaux à Rome et à Paris".

Dans l'émission Rundschau de SRF, sa mère raconte avoir demandé à Paul Frochaux d'assumer un rôle paternel pour son fils. Mais lorsqu'elle a découvert l'abus des années plus tard, elle dit avoir été profondément choquée. En 2000, elle écrira une lettre à l'écclésiastique, lui disant notamment: "Je ne me douterais pas que vous profiteriez de cette occasion pour l'emmener dans votre chalet et abuser de lui. Vous me faites pitié. Vous me dégoûtez".

En réponse, Paul Frochaux s'est fendu d'une missive que les médias alémaniques ont pu se procurer, où, en s'adressant au jeune homme, il explique que l'incident du chalet était une "méconduite unique" et qu'il avait reconnu sa faiblesse et lui avait demandé "pardon". La lettre dit également que l'ancien enfant de choeur se serait montré "provocateur" et qu'au moment des événements "il était beaucoup plus proche de ses 18 ans que de son seizième anniversaire".

Dossier transmis à la police

La police cantonale vaudoise a indiqué mercredi vérifier la véracité des faits qui lui ont été rapportés par le diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg lundi concernant des accusations d'abus sexuels impliquant l'abbé de la cathédrale de Fribourg.

jfe

Publié le 05 février 2020 à 13:34 - Modifié le 06 février 2020 à 09:02