Modifié

Une baisse fiscale dès 2021 pour les contribuables fribourgeois

La bonne santé des finances fribourgeoises permettra d'alléger l'imposition des personnes physiques. [Gaëtan Bally - Keystone ]
Une baisse fiscale dès 2021 pour les contribuables fribourgeois / La Matinale / 1 min. / le 20 novembre 2019
Le canton de Fribourg réduira la pression fiscale sur les personnes physiques dès 2021, a annoncé mardi le conseiller d'Etat Georges Godel. La mesure portera sur une baisse d'impôts de l'ordre de 31 millions de francs annuellement.

L'annonce de la baisse des impôts pour 2021 est intervenue dans le cadre des débats sur le budget 2020, qui est à l'équilibre pour la quinzième fois consécutive, conformément à la Constitution cantonale. "La décision a été arrêtée lundi", a précisé le grand argentier cantonal.

Georges Godel, chef de la Direction des finances (DFIN), a rappelé que la décision gouvernementale venait répondre à plusieurs motions déposées par les partis au sein législatif cantonal, y compris de la part des socialistes. L'annonce du magistrat démocrate-chrétien devant le Grand Conseil a été saluée par l'ensemble des groupes.

>> Lire aussi: Le budget bénéficiaire fribourgeois doit alléger la fiscalité, selon des partis

Budget à l'équilibre

Présenté il y a un mois, le budget 2020 prévoit un petit bénéfice de 400'000 francs. La copie de l'exécutif intègre la réforme fiscale des entreprises acceptée par le peuple le 30 juin.

>> Lire aussi: Le canton de Fribourg présente un budget à l'équilibre pour 2020

La politique d'investissements profite d'efforts "soutenus", estime le Conseil d'Etat, notamment pour l’environnement. Les investissements bruts atteignent 187,9 millions de francs, avec un degré d'autofinancement de 59,6% et un prélèvement sur la fortune de 61,5 millions.

ats/ani

Publié Modifié

Budget 2020 avalisée mercredi

Le Grand Conseil fribourgeois a validé mercredi le budget 2020 de l'Etat de Fribourg. Le décret sur le budget a été accepté par 85 voix, sans opposition et deux abstentions.

Lors de l'entrée en matière, acquise à l'unanimité mardi, le débat a vu s'affronter une droite exigeant une maîtrise des charges et une gauche soucieuse de garantir les prestations, mais prête toutefois à diminuer les impôts pour la classe moyenne.

Au centre d'un conflit, le Service de l'enfance et de la jeunesse a obtenu une rallonge.