Modifié jeudi à 09:32

Le budget bénéficiaire fribourgeois doit alléger la fiscalité, selon des partis

La bonne santé financière de l'Etat fribourgeois doit permettre une baisse d'impôts pour les personnes physiques, selon les partis.
Le budget fribourgeois dans le vert pour la 16e année de suite, mais toujours aucun geste fiscal pour les contribuables La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:30
Le budget de l'Etat de Fribourg prévoit un bénéfice de 400'000 francs pour l'année prochaine. Cette situation est certes positive, mais elle agace des partis politiques qui regrettent que cela ne se traduise pas en baisse d'impôts.

Le budget 2020 du canton de Fribourg est équilibré comme le précédent... et comme les 15 autres budgets précédents. Ainsi, pendant 15 ans, les autorités ont diminué la dette, investi et fait des provisions un peu partout. Et récemment, elles sont même parvenues à baisser la fiscalité des entreprises sans puiser dans la fortune de l'Etat, estimée à plus d'un milliard de francs.

Alors, les contribuables fribourgeois peuvent-ils espérer un geste fiscal? "Vous aurez une réponse en temps voulu, avant la fin de l'année", indique Georges Godel, grand argentier fribourgeois. "Je n'ai pas l'habitude de faire des promesses que je ne peux pas tenir."

Pression des partis "suspecte"

En attendant, les principaux partis politiques fribourgeois maintiennent la pression, notamment via quatre interventions parlementaires qui réclament une baisse d'impôts.

L'ancien conseiller économique des Banques cantonales fribourgeoise et vaudoise Paul Coudret reste prudent. "Le contribuable fribourgeois pourrait profiter de la bonne santé financière du canton. Un certain nombre de partis politiques le réclament, mais comme on se trouve en période électorale, c'est suspect. Parce qu'un abaissement de la fiscalité, surtout pour les personnes physiques, ça ne se fait pas comme ça. Il vaut mieux laisser Monsieur Godel travailler, réfléchir à des solutions et arriver finalement à une fiscalité totalement en ordre dans le canton."

Après quinze années de budgets équilibrés, le ministre des Finances va toutefois devoir accélérer. Sans quoi des parlementaires fribourgeois menacent déjà d'assortir leur futur vote en faveur de la réforme des retraites des fonctionnaires à une baisse de la fiscalité pour la classe moyenne.

Fabrice Gaudiano/ani

Publié jeudi à 08:25 - Modifié jeudi à 09:32