Modifié le 03 septembre 2019 à 12:44

Patrice Borcard, préfet de la Gruyère: "Allons vers une seule commune!"

L'invité de La Matinale (vidéo) - Patrice Borcard, préfet de la Gruyère
L'invité de La Matinale (vidéo) - Patrice Borcard, préfet de la Gruyère L'invité-e de La Matinale / 11 min. / le 03 septembre 2019
Invité de La Matinale de la RTS mardi, Patrice Borcard, le préfet de la Gruyère, gère un district qui flirte désormais avec la barre des 60'000 habitants. Pas facile de composer avec un tel "boom" démographique mais l'élu ne manque pas d'idées.

Avec un développement impressionnant que ce soit sur les plans économique, industriel ou touristique, la "verte Gruyère" l'est de moins en moins. Ce que certains regrettent. Et Patrice Borcard avoue qu'il lui arrive aussi de se sentir un brin nostalgique: "Je constate ce changement et je le regrette parfois, c'est vrai, et je le regrette d’autant plus que c’est moi qui signe les permis de construire. Le problème, c'est qu'il y a un cadre juridique, il y a des règlements communaux d'urbanisme qui datent d'il y a 20 ans avec une perception des choses assez différente de celle qu'on a maintenant et donc nous devons assumer aussi les lenteurs de l’aménagement du territoire."

Densification de qualité

Mais le préfet reste optimiste: "Aujourd'hui avec un plan directeur qui est en cours de réalisation au niveau régional, il y a un changement assez considérable qui s'annonce et qui devrait permettre de rééquilibrer ou de freiner le balancier qui est parti très loin dans cette évolution." 

Et de préciser: "Le fait que l’aménagement du territoire va être très restrictif dans les nouvelles mises en zone fait que nous devrons concentrer l'augmentation de la population sur le territoire déjà urbanisé. On doit donc aller vers de la densification et le plan directeur insiste sur une densification de qualité", afin de ne pas reproduire les erreurs passées.

Petite provocation

Patrice Borcard propose également de fusionner les 25 communes du district. Ni plus ni moins. Ce projet est né d’une petite provocation de sa part: "Nous avions un projet pour 7 communes qui n’avançait pas du tout", se souvient-il. "J'ai dit: 'bon, très bien, allons vers une seule commune' avec l'espoir que tout-à-coup, il y ait des impulsions pour que les petits territoires communaux se mettent en route. En réalité, ça m'a surpris, les élus m'ont dit 'ce n’est peut-être pas une si mauvaise solution'."

En Gruyère, la moyenne des communes est de 1000 habitants, les plus petites d'entre elles en comptent 350 et le chef-lieu, Bulle, 25'000. Le préfet argumente: "On a un tissu très divers et on voit que ces institutions communales issues du 19e siècle et qui n'ont pas beaucoup évolué depuis, n’arrivent plus à assumer la majorité des missions qui leur sont confiées. Donc l'idée, c'est d'inverser les choses. (...) On fait une commune unique, par contre on garde au niveau local les missions qui sont obligatoirement de proximité. Il serait inutile d'imaginer le déneigement centralisé, ce serait une stupidité."

Et le projet est bel et bien sur les rails: "Nous avons une étude de faisabilité qui arrive, après deux ans de travaux avec différents groupes, à son terme", précise Patrice Borcard, "et, sur cette base-là, on va aller vers la population pour en débattre".

Xavier Alonso/pym

Publié le 03 septembre 2019 à 11:37 - Modifié le 03 septembre 2019 à 12:44