Modifié

Le canton de Fribourg veut davantage de transparence pour les antennes 5G

Le canton de Fribourg veut davantage de transparence en matière de modification et/ou d'implantation d'antennes de téléphonie mobile, en particulier pour la 5G. Toutes les demandes seront désormais soumises à l'octroi d'un permis de construire.

La décision a été annoncée lundi devant la presse à Fribourg par le conseiller d'Etat Jean-François Steiert, en charge des constructions. Le dépôt d'une demande de permis de construire doit passer, avec effet immédiat, par une publication dans la feuille officielle et permettre aux personnes qui s'estiment touchées par un projet de formuler leur opposition en "bonne et due forme".

>> Lire: Découvrez sur notre carte si une antenne 5G se situe près de chez vous

Fin du fait accompli des opérateurs

"Pour une bonne part, nous sommes dans du droit fédéral en ce qui concerne les normes non ionisants (...) Ensuite, les préfets seront amenés à trancher certaines choses, le canton sera aussi amené à trancher un certain nombre de décisions et les tribunaux sans doute aussi (...) Ça fait partie du début de tout processus de développement", argumente Jean-François Steiert.

La Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions (DAEC) veut accroître la transparence à l'intention des citoyens, ces derniers ayant souvent l'impression d'être mis devant le fait accompli des opérateurs. Pour l'heure, les demandes sont traitées en principe en procédure dite simplifiée, sans publication à la feuille officielle.

Swisscom salue cette décision

L'opérateur numéro un, Swisscom, salue lui aussi ce gain de transparence, même si la décision devrait ralentir le déploiement de la 5G.

Pour son porte-parole, Christian Neuhaus, le canton de Fribourg est en effet dans son bon droit mais la décision aura quelques conséquences: "Cette décision est tout à fait légale. Le seul bémol, c'est que cela va retarder tout le processus et alourdir toutes les charges administratives"

Les effets sur la santé inquiètent

La décision communiquée lundi par le Conseil d'Etat fribourgeois vient répondre à cinq interventions devant le Grand Conseil. Celles-ci touchaient au développement en cours de la téléphonie mobile de la cinquième génération (5G). Beaucoup d'inquiétudes se sont fait jour ces derniers mois, notamment par rapport aux effets sur la santé.

>> L'éclairage de La Matinale:

Une antenne 5G. [Mick Tsikas - EPA/Keystone]Mick Tsikas - EPA/Keystone
Fribourg rend la mise à l'enquête obligatoire pour les antennes de téléphonie / La Matinale / 3 min. / le 4 juin 2019

ats/ther

Publié Modifié