Modifié le 20 novembre 2018 à 21:16

Les habitants de Charmey refusent l'augmentation d'impôts

Le ski a Charmey voue a la disparition
Le ski à Charmey voué à la disparition L'actu en vidéo / 1 min. / le 19 novembre 2018
Les habitants de la commune fribourgeoise de Val-de-Charmey (FR) ont refusé lundi soir une hausse de 5,2% des impôts (240 non contre 203 oui) pour pallier les déficits des remontées mécaniques.

Les remontées mécaniques de la station des Préalpes fribourgeoises sont condamnées, car elles manqueront de liquidités dès l'année prochaine. Tous les ingrédients étaient réunis pour une assemblée communale historique. Une halle de gymnastique comble, avec 450 personnes. Des prises de paroles applaudies ou conspuées en fonction des avis, pour un débat qui a duré trois heures, avec une dramaturgie en crescendo.

Après la récusation des personnes liées aux remontées mécaniques, Yves Page, le syndic de Val-de-Charmey, a lancé un vibrant plaidoyer pour garder les installations en fonction. Puis un exposé tout aussi engagé du président de la commission des Finances invitant la commune à tirer la prise. Ont encore suivi des interventions en rafale. Enfin, décision a été prise de voter à bulletin secret.

La hausse d'impôts a été rejetée, il n'y aura donc plus de subvention pour les remontées mécaniques. Le ski de piste à Val-de-Charmey est condamné.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Les remontées mécaniques de Charmey (FR).
Leo Duperrex - Keystone
La Matinale - Publié le 20 novembre 2018

6 millions dépensés depuis 2011

Pour garder leurs remontées mécaniques, les contribuables de Val-de-Charmey ont déjà dépensé plus de 6 millions de francs depuis 2011. L'arrêt des installations porterait un coup très dur à l'économie locale, puisque son impact économique est évalué à 8 millions.

Fabrice Gaudiano/ebz

Publié le 20 novembre 2018 à 08:00 - Modifié le 20 novembre 2018 à 21:16