Modifié le 16 mars 2017

Des femmes se mobilisent contre la violence et la peur à Berne

Le groupe vise un effet préventif en s'interposant entre police et casseurs.
Des femmes se mobilisent contre la violence et la peur à Berne Le Journal du matin / 1 min. / le 16 mars 2017
Un groupe de femmes s'est constitué à Berne après les récents débordements liés à l'évacuation d'un squat. Elles veulent rendre la ville fédérale à ses habitants et lutter contre la peur ambiante.

Baptisé Berner Frauenblock gegen Gewalt (Bloc des femmes bernoises contre la violence), le groupe prône la puissance des fleurs et la force de conviction pour dissuader les casseurs. L'objectif de ses membres est de s'interposer entre la police et les casseurs, entre les matraques et les pavés, un bouquet de fleurs à la main.

"Faire un travail préventif"

"La violence a tellement augmenté qu'il faut que la société civile soit aussi présente en ville, qu'on ne la laisse pas seulement dans les mains des agresseurs, explique l'initiatrice du mouvement, Daniela Karst. "On cherche à faire un travail préventif", précise-t-elle.

Et les femmes sont particulièrement bien placées pour le faire, parce qu'elles "suscitent un effet de désescalade".

Daniela Karst espère recruter assez de femmes pour pouvoir entrer en action dès le week-end prochain, malgré les réticences de la police cantonale bernoise qui désapprouve l'initiative.

Alain Arnaud/oang

Publié le 16 mars 2017 - Modifié le 16 mars 2017