Modifié le 04 juin 2016 à 16:11

Epilogue incertain dans le conflit entre Tornos et le Pantographe à Moutier

Le collectif est installé dans l'ancienne usine Junker, propriété de Tornos.
Le centre culturel Pantographe doit quitter le bâtiment qu'il occupe à Moutier Le 12h30 / 1 min. / le 04 juin 2016
Le Pantographe, le centre culturel autogéré de Moutier, est prié de quitter le bâtiment qu'il occupe depuis dix ans d'ici mercredi à midi. Le propriétaire, l'entreprise de machine-outils Tornos, veut en faire une cantine.

Le bon déroulement du déménagement du Pantographe ne se fera toutefois pas dans le calme à n'importe quel prix. Le collectif exige en effet de se faire rembourser la somme de 200'000 francs engagée pour rénover le bâtiment.

Le bras de fer n'est donc pas encore tout à fait terminé dans le Jura bernois, malgré la décision de justice contraignant le collectif à quitter les lieux.

Recours à la police envisagé

Le conflit a commencé en octobre 2015 lorsque Tornos a demandé au collectif de quitter l'usine Junker, dont elle est propriétaire. Le Pantographe refuse et soutient qu'une promesse de vente lui avait été faite et qu'il entend l'honorer. Aucune preuve écrite n'existe toutefois et, entretemps, les cadres dirigeants ont changé de visage.

L'affaire remonte jusqu'au tribunal régional qui tranche en faveur de la propriété privée. Et si le Pantographe devait montrer des signes de résistance à quitter les lieux, Tornos n'hésite pas à évoquer le recours à la police.

Coraline Pauchard/jgal

Publié le 04 juin 2016 à 14:17 - Modifié le 04 juin 2016 à 16:11