Modifié

Un ancien prédicateur laïc de Bienne ne sera pas expulsé de Suisse malgré ses condamnations

La Cour suprême du canton de Berne a décidé de ne pas expulser l’ancien prédicateur Abu Ramadan
La Cour suprême du canton de Berne a décidé de ne pas expulser l’ancien prédicateur Abu Ramadan / 19h30 / 1 min. / le 14 juin 2024
L'ancien prédicateur laïc biennois Abu Ramadan ne doit pas être expulsé de Suisse. La Cour suprême du canton de Berne a rendu ce jugement vendredi en deuxième instance. Il avait été condamné en première instance pour escroquerie à l'aide sociale et discrimination raciale. 

Le Libyen de 70 ans a de nouveau été reconnu coupable de fraude à l'aide sociale. Cependant, la Cour n'a retenu les cas de fraude que jusqu'en mai 2015 inclus. L'expulsion obligatoire du territoire en cas de fraude à l'aide sociale n'est en vigueur que depuis octobre 2016. "Nous ne pouvons donc pas la prononcer", a déclaré le président du tribunal.

Abu Ramadan a été condamné en raison de ses activités d'organisateur de pèlerinages. Dans plusieurs cas, il aurait gagné un revenu ou renoncé à un revenu éventuel, mais ne l'aurait pas déclaré au service social de sa municipalité de résidence de Nidau, près de Bienne.

En outre, le Libyen a de nouveau été reconnu coupable de discrimination raciale. Dans une mosquée de Bienne en juillet 2017, il avait appelé à la haine des personnes d'autres confessions. La deuxième instance a confirmé cet aspect du jugement du tribunal de 1ère instance.

>> Relire : Polémique sur l'aide sociale accordée à un imam biennois prêchant la haine

Appel de la défense

La Cour suprême a condamné le prévenu à 140 jours-amende à 30 francs. Cette affaire n'est pas encore close. La défense, qui avait demandé l'acquittement pour son client, a annoncé aux représentants des médias qu'elle ferait appel du verdict.

Le Ministère public a exigé en vain la confirmation complète du jugement de première instance. Il veut maintenant attendre les conclusions écrites du verdict et ne décider de la suite des choses qu'après une analyse minutieuse, a déclaré à Keystone-ATS la procureure Céline Fuchs.

En 2022, le tribunal régional de Bienne avait condamné le Libyen à 14 mois de prison avec sursis, peine assortie d'une expulsion de six ans.

>> Relire : Un prédicateur libyen de Bienne condamné pour discrimination raciale

Accusations rejetées

Durant le procès, l'ex-prédicateur avait rejeté les accusations contre lui et déclaré qu'il souhaitait continuer à vivre en Suisse. "Un retour dans mon pays d'origine, la Libye, n'est pas envisageable", avait affirmé celui qui se fait appeler Abu Ramadan. Il ne pourrait pas y vivre en sécurité, selon lui.

Le prévenu avait assuré éprouver beaucoup de respect et de reconnaissance pour la Suisse, qui l'a accueilli comme demandeur d'asile en 1998 alors qu'il fuyait le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. La majeure partie de sa famille vit en Suisse et il y a de nombreux amis, avait-il relevé. L'homme a perdu son statut de réfugié fin 2017.

>> Relire : Le prédicateur controversé de Bienne perd définitivement son droit d'asile

Abu Ramadan avait, selon ses propres dires, prononcé plus de 300 sermons en tant que laïc. Aujourd'hui, il ne se rend plus à la mosquée que pour prier.

ats/edel

Publié Modifié