Modifié

Le peuple bernois votera sur un congé parental cantonal de 24 semaines

Les initiants veulent un vrai congé pour les parents d'un nouveau-né. [Ennio Leanza - Keystone]
Berne : une initiative pour un congé parental de 24 semaines / Le 12h30 / 1 min. / le 30 avril 2021
Le comité d'initiative bernois en faveur d'un congé parental de 24 semaines a déposé son initiative vendredi à la chancellerie cantonale. Il a réussi à récolter près de 20'000 signatures.

Les initiants veulent ce congé de 24 semaines pour les jeunes parents, en plus de l’assurance maternité fédérale et du congé paternité. L'objectif essentiel de cette initiative lancée par le Parti socialiste est de mieux concilier famille et travail.

Pour la députée PS Mauranne Riesen, les familles - et surtout les pères - ne doivent pas se contenter d'un congé paternité de deux semaines, comme approuvé en votation l'an dernier au niveau suisse.

>> Lire: Un congé paternité de deux semaines va être introduit en Suisse

Pour une vraie politique familiale

"C'est une très bonne chose mais c'est un pas de souris", explique la socialiste vendredi dans le 12h30 de la RTS. "On ne parle pas d'une vraie politique familiale", souligne-t-elle. "On a remarqué au contact de la population la volonté de ne pas attendre ce qui se passe au niveau fédéral pour pouvoir pousser les choses".

Les auteurs du texte veulent donc un pas de géant: ces 24 semaines de congé, en plus du congé maternité, seraient répartis en six semaines pour le père et six semaines pour la mère, à quoi s'ajouteraient douze semaines réparties librement.

Les coûts, eux, seraient couverts sur le modèle de l'assurance maternité. Mais Mauranne Riesen n'exclut pas une participation directe du canton. Elle souligne les répercussions en termes d'impôts dans les pays où un tel congé a été introduit: "On voit que les familles - les femmes surtout - arrivent à travailler à un pourcentage plus élevé, et donc il y a des répercussions au niveau de l'économie."

Initiative similaire à Zurich

Une initiative similaire a déjà été déposée à Zurich l'été dernier et le Conseil d'Etat zurichois s'est prononcé clairement contre. Mais les Zurichoises et les Zurichois auront le dernier mot dans les urnes.

Le Tessin, lui, a déjà introduit un congé parental au début de cette année, mais de seulement deux semaines, donc bien inférieur aux initiatives zurichoise et bernoise.

Delphine Gendre/oang

Publié Modifié