Modifié le 27 février 2020 à 17:28

Habitants de Mitholz (BE) sous le choc après l'annonce de leur évacuation

Les habitants de Mitholz (BE) seront évacués durant au moins dix ans afin de permettre l'assainissement du dépôt de munitions.
Les habitants de Mitholz (BE) seront évacués durant au moins dix ans afin de permettre l'assainissement du dépôt de munitions. 19h30 / 2 min. / le 26 février 2020
Annoncés mardi, les travaux visant à sécuriser les stocks de munition ensevelis sous la montagne à Mitholz (BE) nécessitent l'évacuation des 170 habitants du village. Sous le choc, certains résidents devront quitter des maisons que leur famille occupe depuis des générations.

Même si le déblaiement des munitions et l'évacuation du village de l'Oberland bernois ne sont pas envisagés avant 2030, les résidents se trouvent déjà face à un dilemme: partir définitivement ou imaginer un futur retour.

Dans l'idée d'un soutien, la Confédération voudrait prendre le pouls de la population déjà d'ici fin mars. Les habitants ne doivent certes pas avoir encore pris de décision définitive à cette échéance, mais la plupart devraient avoir au moins avoir engagé une réflexion.

>> Lire aussi: Les habitants de Mitholz pourraient devoir être évacués pendant dix ans

"Recommencer à zéro n'est jamais facile"

Un départ devrait être surtout difficile à envisager pour les personnes d'un certain âge, désireuses de passer leurs vieux jours dans un environnement familier. "J'aurais pensé mourir ici. Les cendres de mon père sont sur la falaise", témoigne dans le 19h30 Cosette Künzi, partie de son Val-de-Ruz natal pour s'installer à Mitholz il y a plus de quarante ans.

Sa fille Ursula, agricultrice, ne cache pas sa peur. "Recommencer à zéro n'est jamais facile". Ce prochain chapitre de vie bouleverse l'exploitation familiale, située au pied de la montagne qui abrite encore 3500 tonnes de munitions. Son fils Samuel a déjà commencé à prospecter pour dénicher un nouveau domaine. S'installer dans la commune voisine de Kandergrund serait une possibilité, mais le terrain constructible manque dans cette localité paysanne. 

Montant des indemnisations inconnu

Les autorités ont promis des indemnisations, mais leur montant est encore flou. Une incertitude de plus pour les familles, comme celles des Künzi, désormais en quête d'un nouveau foyer.

Les propriétés existantes ont déjà perdu un quart de leur valeur estimative, selon le canton de Berne. Selon la mairie de Mitholz, la Confédération a décidé de dédommager les propriétaires rétroactivement jusqu'à juin 2018 pour la moins-value. Et cela jusqu'à l'évacuation des lieux.

>> Les précisions de Bruno Locher, chef du secteur territoire et environnement du DDPS:

Bruno Locher "Sur la base des analyses, les gens doivent quitter leur habitation mais on fera tout pour les soutenir."
19h30 - Publié le 26 février 2020

Sujet TV: Valérie Gillioz

Adaptation web: ani avec ats

Publié le 27 février 2020 à 14:08 - Modifié le 27 février 2020 à 17:28