Modifié le 26 février 2020 à 14:08

Les habitants de Mitholz pourraient devoir être évacués pendant dix ans

Les habitants de Mitholz où se trouve un dépôt de munitions sont menacés d'expulsion.
Les habitants de Mitholz où se trouve un dépôt de munitions sont menacés d'expulsion. 19h30 / 1 min. / le 25 février 2020
Les autorités ont présenté mardi leur plan d'assainissement de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz, dans l'Oberland bernois. Il impliquerait l'éloignement des habitants pendant au moins dix ans. Une procédure de consultation a été lancée.

A la suite des évaluations concluant à la dangerosité de l'ancien dépôt souterrain de munitions de Mitholz, le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a élaboré un plan de sécurisation, détaillé dans un rapport publié mardi.

>> Lire: A Mitholz, l'ancien dépôt de munitions constitue un risque "inacceptable"

Dans ce document, le DDPS dit avoir pour objectif l'élimination de la totalité des résidus de munitions et d'explosifs, suivant un calendrier découpé en quatre phases: une phase préliminaire (à partir de 2021) au cours de laquelle de premières mesures préventives seront prises et la planification du processus d'évacuation sera avancée.

Une deuxième phase, qui devrait durer au moins jusqu'en 2024, lors de laquelle seront menées des enquêtes techniques ciblées afin d'évaluer les risques de manière plus précise -de nombreuses questions étant aujourd'hui sans réponses.

Déminage pas avant 2031

Les mesures de protection devraient être mises en œuvre, et les installations de tri et d'élimination des munitions fournies, pendant la phase 3. Celle-ci ne devrait pas être achevée avant la fin de 2030. Enfin la phase 4, concernant le déminage à proprement parler, ne commencera pas avant le début de l'année 2031, au plus tôt.

Selon les estimations actuelles du DDPS, l'élimination de tous les résidus de munitions pourrait prendre au moins dix ans et la population locale pourrait devoir être évacuée et relogée durant toute cette période. Mitholz, qui compte moins de 200 habitants, pourrait donc devenir un village fantôme.

Autre enjeu, préserver les axes de circulation entre Kandergrund et Kandersteg, qui permettent de rejoindre le tunnel du Lötschberg. Ils nécessiteront des aménagements ou un autre tracé. Des ouvrages devront aussi être installés pour protéger la ligne ferroviaire du BLS.

Le DDPS précise toutefois qu'"il serait toujours possible de réduire nettement les risques en recouvrant l’installation d’une masse rocheuse" au cas où l’évacuation poserait "des problèmes insurmontables" ou se révélerait trop dangereuse.

Plus d'un milliard de francs

En tout état de cause, le coût total de l'approche présentée mardi "devrait dépasser largement le milliard de francs suisses", d'après le rapport.

Au vu de l'ampleur des répercussions anticipées, une procédure de consultation a été lancée mardi lors d'une séance d’information à Kandergrund (BE) à laquelle participait notamment la conseillère fédérale Viola Amherd, cheffe du DDPS. Une autre séance est prévue mercredi à Kandersteg.

Les habitants et les entrepreneurs de la région sont invités à donner leur avis sur les conséquences des travaux préconisés via des questionnaires à renvoyer avant le 31 mars prochain. Les autorités locales ont pour leur part jusqu’au 17 avril 2020 pour prendre position.

>> Le reportage du 12h45 et les réaction des habitants de Mitholz

Assainissement de l'ancien dépôt de Mitholz: 170 habitants évacués pendant au moins dix ans.
12h45 - Publié le 26 février 2020

Le DDPS assure que les résultats de la consultation seront inclus dans le rapport sur l'évaluation des variantes, attendu pour la fin juin, et qui servira de base au Conseil fédéral pour décider de la marche à suivre à l'automne 2020.

>> Les explications de Valérie Gillioz dans le 19h30:

Valérie Gillioz "C'est la stupeur à Mitholz. On parle de 10 ans d'éloignement de la population le temps d'assainir le village."
19h30 - Publié le 25 février 2020

ptur

Publié le 25 février 2020 à 19:30 - Modifié le 26 février 2020 à 14:08

Retour sur l'histoire de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz

Le dépôt militaire de munitions souterrain de Mitholz, sur la commune bernoise de Kandergrund, est construit pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans la nuit du 19 au 20 décembre 1947, il est le théâtre de plusieurs explosions qui font 9 morts aux alentours et provoquent l'effondrement du tunnel ferroviaire. Plusieurs dizaines de maisons sont endommagées voire détruites. Des incendies font rage pendant plusieurs jours après l'accident.

Environ 7000 tonnes brutes de munitions étaient entreposées à Mitholz. Après l'accident, une partie de ce qui n'a pas explosé est évacuée mais l’élimination complète est considérée comme trop risquée, essentiellement pour des raisons géologiques. Jusqu’à 3500 tonnes brutes de munitions, soit plusieurs centaines de tonnes de substances explosives, se trouvent toujours sous les éboulis d'après une estimation.

Deux rapports, l’un de 1949 et l’autre de 1986, ont conclu qu’une nouvelle explosion n’était pas totalement exclue mais qu’un éventuel incident ne provoquerait que des dommages légers à l’intérieur du site. Mais une nouvelle évaluation des risques réalisée en 2018 pour le compte du DDPS estime que la probabilité et l'étendue possible d'une explosion seraient beaucoup plus élevées qu'on ne le pensait auparavant.

Site sous surveillance

Le site de Mitholz est placé sous surveillance, a rappelé le DDPS. Un système de mesures permet une détection précoce des changements survenant dans l'ancien dépôt afin d'alerter la population en cas de danger. Des capteurs et des caméras enregistrent les changements de température, les émanations gazeuses et les mouvements de la roche.