Modifié le 04 novembre 2019 à 15:26

Mitholz (BE) sera évacué pour pouvoir neutraliser 3500 tonnes de munitions

Mitholz (BE): pour vider un dépôt de munitions enseveli sous la montagne, 800 villageois devront être évacués
Mitholz (BE): pour vider un dépôt de munitions enseveli sous la montagne, 800 villageois devront être évacués 12h45 / 2 min. / le 04 novembre 2019
Construit lors de la Seconde Guerre mondiale à Mitholz, dans l'Oberland bernois, un dépôt de munitions a explosé en 1947. Mais il reste quelque 3500 tonnes de munitions dans la caverne effondrée. Les travaux pour les neutraliser nécessitent l'évacuation du village.

Informés en fin de semaine dernière par la Confédération, les 800 habitants de Mitholz sont sous le choc: "On doit parfois quitter nos logements à cause des avalanches, ces évacuations ne durent jamais longtemps mais si on doit maintenant partir durant des mois, où ira-t-on et qu'est-ce qu'on prendra avec nous? C'est ça qui me fait mal au ventre", déplore le postier Karl Steiner.

Quant à Claudia Schmid, qui est vendeuse, elle n'a pas l'intention d'obtempérer sans contrepartie: "S'ils nous demandent de partir alors il faudra qu'ils nous offrent des compensations" prévient-elle.

Etat quasi neuf

L'armée analyse actuellement les munitions ensevelies, les tests de laboratoire et les explosions contrôlées ont montré que ces explosifs vieux de presque 75 ans sont dans un état quasi neuf. Selon les experts, 90% de leur puissance est intacte.

En 1947, la moitié des munitions avait explosé tuant neuf personnes et faisant de nombreux blessés. Deux cents personnes avaient par ailleurs perdu leur logement.

L'armée ne sait pas encore si elle pourra sortir tous les explosifs de la montagne mais ce qui est déjà clair, c'est que l'opération sera très dangereuse pour la population: "On ne sait pas encore si l'évacuation durera plusieurs semaines ou plusieurs mois, mais ce qui est sûr c'est qu'on informera la population bien à l'avance", promet Brigitte Rindlisbacher, qui fait partie du groupe de travail Mitholz, mis sur pied par le Département fédéral de la protection de la population et des sports (DDPS).

Plusieurs variantes

L'armée doit maintenant déterminer quelle est la meilleure solution pour vider la montagne de cette bombe à retardement.

"Plusieurs variantes sont à l'étude", précise Hanspeter Aellig, chef de projet au DDPS. "La plus vraisemblable c'est qu'on rouvre l'accès qui existait autrefois, puis on prendra des mesures en fonction de la situation qu'on découvrira à l'intérieur."

Septante ans après la catastrophe de Mitholz, l'ancien dépôt de munition reste une menace imprévisible pour la vallée de Kandersteg.

Jean-Marc Heuberger/pym

Publié le 04 novembre 2019 à 14:03 - Modifié le 04 novembre 2019 à 15:26