Publié le 22 mai 2019 à 20:34

L'hôpital de Moutier pourrait ne pas accueillir la psychiatrie

L'avenir de l'hôpital de Moutier est une nouvelle fois remis en cause.
L'avenir de l'hôpital de Moutier est une nouvelle fois remis en cause. 19h30 / 2 min. / le 22 mai 2019
L'avenir de l'hôpital de Moutier est une nouvelle fois remis en cause. Alors qu'un groupe de travail interjurassien souhaite y concentrer la psychiatrie pour les patients jurassiens et bernois francophones, les hôpitaux bernois proposent au contraire de réduire son importance.

Les responsables alémaniques de la psychiatrie bernoise proposent de centraliser la psychiatrie sur deux sites: Bienne et Delémont, qui se verraient octroyer l'essentiel des missions, dont les soins stationnaires.

Moutier ne conserverait que la réhabilitation, le traitement des addictions et un centre de jour, selon des documents que la RTS a pu consulter.

Ce projet a les faveurs de trois directeurs d'hôpitaux sur quatre dans le canton de Berne, dont celui de Bienne, Kristian Schneider. Pour lui, la tendance générale est à la concentration des compétences, en particulier entre le psychiatrique et le somatique. Et tant à Delémont qu'à Bienne, il existe des projets de nouveaux hôpitaux: "C'est le moment de rapprocher la psychiatrie du somatique. Ensuite, il y a la question de Delémont, où le bassin est trop petit, et où la question des alliances potentielles se pose quant à la psychiatrie francophone. A ce moment-là, on voit que les Biennois souhaitent également reconstruire leur hôpital, où ils vont faire la psychiatrie. Si on se demande ce que l'on peut faire ensemble, vous tombez sur ces deux lieux. "

Un autre projet de l'HJB

Ce projet vient donc concurrencer celui de l'hôpital du Jura bernois (HJB), qui a présenté ses plans lundi dernier. Pour l'HJB, intégrer la psychiatrie sur le site de Moutier est la seule façon d'assurer l'avenir de l'hôpital, comme le lui ont demandé les cantons de Berne et du Jura, ainsi que la Confédération.

Interrogé mercredi dans le 19h30, le président du conseil d’administration de l'HJB Anthony Picard défend son projet, qui vise selon lui à assurer la pérennité du site de Moutier, quel que soit l'avenir politique de la ville de Moutier.

"Si on peut avoir un partenaire crédible qui est le canton du Jura, qui est déjà "client" de nos prestations, je ne vois pas pourquoi on s'en priverait. Donc à mon avis, le problème c'est de garder des centres de compétences rentables, peu importe leur taille."

>> Lire aussi: L'hôpital de Moutier ne sera pas démantelé, quoi qu'il arrive à la ville

Le Jura pas consulté

Autre partenaire supposé, l'hôpital du Jura n'a jamais été consulté sur la variante biennoise. Le conseil d'administration maintient sans réserve son soutien au projet de Moutier. Pour son président, Jacques Gygax, il n'y a pas de plan B: "Nous soutenons la mise en place de ce réseau interjurassien de Santé mentale à Moutier, qui nous permettrait de pérenniser le site de Moutier avec d'autres activités, donc c'est un projet porteur".

Actuellement, le projet de Moutier a les faveurs des conseils d'administration de l'hôpital du Jura et de celui du Jura bernois, ainsi que du gouvernement jurassien. Le gouvernement bernois réserve son avis pour la fin du mois.

Cédric Adrover & Olivier Kurth

Publié le 22 mai 2019 à 20:34