Publié le 27 avril 2019 à 15:26

La prise en charge des réfugiés bouleversée dans le canton de Berne

Un demandeur d'asile dans un centre de la ville de Berne, en été 2016.
Les organismes d'aide aux réfugiés pourraient perdre 300 emplois dans le canton de Berne Le 12h30 / 1 min. / le 08 décembre 2018
Le canton de Berne réorganise la prise en charge des demandeurs d'asile et des réfugiés, en diminuant de 13 à 4 les organismes mandatés pour le faire. Résultat: plus de 300 emplois risquent d'être supprimés.

Le canton de Berne a présenté vendredi les quatre partenaires, contre 13 auparavant, qui ont remporté l'appel d'offres du canton pour ces tâches. Cette annonce est une pilule amère pour Caritas, l'Armée du Salut ou Asile Bienne Région, qui ont perdu leurs mandats, et par là-même plusieurs centaines d'emplois, même si beaucoup seront sans doute transférés aux organisations gagnantes, dont la Croix rouge suisse. Cette dernière opérera dans les régions du Mittelland, du Seeland, de Bienne et du Jura bernois, à la place d'Asile Bienne Région.

Simplication en vue

Avec cette réorganisation, le canton veut simplifier les structures, s'adapter aux procédures accélérées à l'échelon fédéral, et aussi favoriser l'insertion des demandeurs et des réfugiés sur le marché du travail, comme l'a expliqué dans le 12h30 Sandra Roulet Romy, responsable de région à la Croix rouge Jura bernois.

A noter que pour la région Emmental - Haute Argovie, le canton a attribué le mandat à ORS Service AG, une entreprise privée internationale à but lucratif. Ce qui suscite des réactions mitigées, entre ceux qui s'en inquiètent, et ceux qui se réjouissent que la gestion des autres régions soit confiée à des organisations locales, moins avides de profits.

Alain Arnaud/lan

Publié le 27 avril 2019 à 15:26