Modifié

Dans les Grisons, l'initiative sur les langues étrangères en échec

Un cours de français dans une classe alémanique. [Gaetan Bally - Keystone]
Un cours de français dans une classe alémanique. [Gaetan Bally - Keystone]
Les élèves de primaire grisons continueront d'apprendre deux langues étrangères. Après des refus dans plusieurs cantons, les citoyens grisons ont à leur tour rejeté dimanche l'initiative pour "une seule langue à l'école primaire".

Le gouvernement et le Parlement grisons avaient rejeté le texte, estimant qu'il désavantageait les régions italophones et romanches qui ne commenceraient à apprendre l'anglais qu'au secondaire. Les citoyens ont dit non à l'initiative à 65,19%. La participation s'est élevée à 37,22%.

L'enseignement des langues dans les Grisons, du fait qu'il s'agit du seul canton trilingue de Suisse, est particulier. Les écoliers apprennent dès la troisième année primaire une des trois langues cantonales et l'anglais est enseigné dès la cinquième année primaire.

Un texte "discriminant"

Le texte d'initiative prévoyait que l'anglais soit enseigné seulement à partir du secondaire dans les régions italophones et romanches, où la première langue étrangère aurait été l'allemand. En revanche, les régions germanophones auraient commencé l'anglais au primaire déjà.

Une discrimination qui rendait le texte irrecevable, ont estimé les autorités. Les initiants ont dû faire recours au Tribunal fédéral pour que leur revendication soit soumise au peuple.

La problématique de l'enseignement de deux langues étrangères à l'école primaire a déjà été soulevée dans plusieurs cantons alémaniques, avec l'argument que les élèves étaient surchargés. Jusqu'à présent, toutes les tentatives pour passer de deux à une seule langue étrangère ont échoué en votations ou dans les parlements cantonaux.

>> Le suivi de cette journée de votations:

Les initiatives agricoles largement rejetées à la majorité des cantons

ats/tmun

>> Objet de votation traité dans l'émission spéciale Votations sur RTS Un et RTS La Première, 23 septembre 2018

Publié Modifié