Publié le 14 août 2018 à 08:37

Pénurie d'enseignants à tous les niveaux scolaires en Suisse allemande

La démographie n'explique pas à elle seule la pénurie d'enseignants alémaniques qualifiés.
Pénurie d'enseignants à tous les niveaux scolaires en Suisse allemande La Matinale / 1 min. / le 14 août 2018
La rentrée des classes alémaniques est marquée cette année par une pénurie d'enseignants formés, qui se fait de plus en plus ressentir dans certains cantons. Elle concerne l'ensemble des niveaux scolaires.

Ce manque d'enseignants qualifiés concerne plus particulièrement les matières scientifiques et les classes spécialisées. Il s'explique d'abord par la démographie: le nombre d'élèves augmente, tandis qu'une part importante des enseignants arrive à l'âge de la retraite.

Pas assez de nouveaux enseignants formés

Pour l'association des enseignants alémanique, c'est une évolution que les pouvoirs publics n'ont pas suffisamment anticipée. "Tant la conférence des directeurs cantonaux de l'Instruction publique que les gouvernements cantonaux repoussent le problème", souligne sa secrétaire générale Franziska Peterhans. "Pour faire face à cette pénurie, on aurait besoin du double de nouveaux enseignants par rapport à ceux que nous formons aujourd'hui."

Mais la démographie n'explique pas à elle seule cette pénurie d'enseignants qualifiés et on peut parler d'une véritable crise des vocations.

Conditions de travail décourageantes

"On a de la peine à recruter dans toutes les matières où la concurrence du secteur privé est la plus forte", constate Franziska Peterhans. "Il y a de très nombreux enseignants qui quittent le métier après un an seulement. Ils comparent le salaire avec les contraintes importantes et se disent que ce n'est pas pour eux."

En Suisse romande, le constat est moins alarmant mais l'éducation se retrouve souvent à flux tendu, indique le Syndicat des enseignants romands (SER). Celui-ci se dit très attentif aussi à cette question des effectifs.

Et des deux côtés de la Sarine, les solutions se rejoignent: il s'agira de revaloriser les formations et les salaires, et d'améliorer les conditions de travail.

Séverine Ambrus/oang

Publié le 14 août 2018 à 08:37