Modifié le 10 août 2018

L'avenir de l'aéroport de Lugano-Agno pourrait passer par le "jet sharing"

L'aéroport de Lugano-Agno veut trouver une voie médiane entre aviation commerciale et privée.
L'avenir de l'aéroport de Lugano-Agno pourrait passer par le "jet sharing" La Matinale / 2 min. / le 10 août 2018
En difficulté depuis la faillite de Darwin Airlines, l'aéroport de Lugano-Agno veut développer de nouvelles lignes en partage d'avion privé. Il s'agirait d'une voie médiane entre aviation commerciale et privée.

Après la perte de la ligne Genève-Lugano, qui était opérée jusqu'à la fin de l'année dernière par Darwin Airline, l'aéroport tessinois doit trouver un nouveau souffle. Le "jet sharing", à l'image du partage du covoiturage ("car sharing"), lui permettrait de croître à petits pas.

Et cette croissance est nécessaire: au premier trimestre de cette année, le nombre de passagers a chuté déjà de 45%. Pour Maurizio Merlo, directeur de l'aéroport, le "jet sharing" représente potentiellement de nouvelles destinations comme Londres, Paris ou Luxembourg. "Mais pour faire de telles lignes régulièrement, il faut une certaine masse critique qu'on n'a pas aujourd'hui", souligne-t-il. "On ne peut pas se permettre à Lugano d'exploiter ces lignes avec des avions de 50 places."

D'où la solution de mettre à disposition des jets privés en partage, une idée qui n'en est qu'à ses prémices. A 5000 francs l'heure minimum pour un vol en jet, la prestation reste cependant chère même si les passagers se partagent les frais.

Une option qui a "du potentiel"

Eymeric Seygard, directeur général de la compagnie LunaJet, y voit malgré tout du potentiel. "C'est une destination quand même prisée, avec un centre financier, légal et industriel important", fait-il remarquer. "On a beaucoup de demandes, nous-mêmes, de gens qui souhaitent faire Genève-Lugano depuis que l'aviation commerciale ne dessert plus cette ligne. Donc je crois que la demande est là."

Le directeur de l'aéroport de Lugano, lui, reste modeste quant aux retombées potentielles. "On ne parle pas de gros chiffres", reconnaît Maurizio Merlo, "mais avec des petits pas on va loin. Ici, on va mettre du jet sharing petit à petit, on va grandir et arriver à une situation agréable pour l'aéroport de Lugano."

Mais c'est la reprise des vols de ligne entre Genève et Agno qui sera décisive pour l'aéroport tessinois. Sa direction dit avoir trouvé un terrain d'entente avec la compagnie Skywork Airlines et si ce projet se concrétise, les vols pourraient reprendre en octobre de cette année.

Cynthia Racine/oang

Publié le 10 août 2018 - Modifié le 10 août 2018