Publié le 27 juillet 2018 à 21:44

Plutôt qu'à la plage, des jeunes passent l'été dans un camp de l'armée

Grisons: l'armée organise un camp d'été pour les jeunes
Grisons: l'armée organise un camp d'été pour les jeunes 19h30 / 2 min. / le 27 juillet 2018
Vos enfants en ont marre des vacances à la mer? Dans les Grisons, un camp est organisé l'été par la Société suisse des troupes sanitaires pour préparer les jeunes à des situations d'urgence. Les Romands commencent à s'y intéresser.

Ils ont entre 12 et 22 ans et ont accepté de passer une partie de leurs vacances d'été sur la place d'armes de S-chanf (GR) à plus de 1600 mètres d'altitude. Ces jeunes recrues ont une semaine pour se familiariser avec différentes situations d'urgences médicales.

Évacuation, réanimation ou perfusion, les ateliers font office d'instruction prémilitaire pour les futurs soldats sanitaires ou membres de la Croix-Rouge. Ils dispensent par ailleurs les participants du cours de premier secours indispensable au permis de conduire.

Pour un exercice d'évacuation, l'armée a même mis à disposition un hélicoptère Super Puma. De quoi convaincre 215 jeunes de se lancer dans l'aventure cette année.

"Si on va à la plage, on se prélasse et c'est tout", raconte au 19h30 Rahel, 13 ans. "Alors que là on apprend des choses qui peuvent être utiles dans la vie de tous les jours."

Susciter de nouvelles vocations

Responsable de la logistique, l'armée suisse espère avec ces camps susciter de nouvelles vocations à un âge charnière.

" A 10 ans, les enfants ont envie de devenir pilote d'avion ou pompier, et à 14 ans ils ont d'autres buts, comme de devenir chanteur ou libraire", estime Guy Vallat, commandant de la formation d'application de la logistique. "Pour l'armée, c'est important d'être en contact avec ces jeunes à l'adolescence, pour leur montrer qu'il existe des opportunités pour eux."

Pour la première fois, un groupe francophone a été créé cette année pour attirer les Romands. Et les organisateurs compte sur l'entrain de ces nouvelles recrues pour pérenniser la manifestation qui en est à sa 35e édition, mais qui peine encore à séduire les latins.

Fanny Zürcher/tmun

Publié le 27 juillet 2018 à 21:44