Modifié le 29 mai 2017 à 22:55

Condamné pour un "J'aime" sur Facebook, une première en Suisse

Un homme se retrouve devant la justice pour avoir donné un "pouce levé" des contenus diffamatoires sur Facebook.
Un homme a été condamné à Zurich pour avoir apposé un "pouce levé" sur des contenus diffamatoires sur Facebook. [Keystone]
Le quadragénaire qui avait cliqué sur "J'aime" sur une publication Facebook, taxant le défenseur des animaux Erwin Kessler d'antisémite et de raciste, a été condamné à Zurich à 40 jours-amende de 100 francs avec sursis.

"Aimer" un article diffamatoire sur Facebook ("liker") est passible de poursuites. Un homme de 45 ans a été condamné lundi par le tribunal de district de Zurich pour diffamation, relatent les médias alémaniques.

Il avait apposé un "pouce levé" sur six publications Facebook évoquant des positions "racistes" et "antisémites" du président de l'Association contre les "usines d'animaux", et a commenté une contribution, entre juillet 2015 et mars 2016.

"Liker" est une expression positive

Selon la juge Catherine Gerwig, de telles déclarations sur le réseau social ont violé l'honneur du plaignant. Et en cliquant sur un bouton "J'aime" sur ce genre de propos, l'accusé a participé à la diffamation, "liker" permettant de diffuser à plus large échelle le jugement de valeur.

L'accusé, qui soutenait qu'Erwin Kessler avait déjà été condamné pour violation de la loi contre le racisme, n'a pas réussi à prouver le racisme actuel du défenseur des animaux.

>> Lire aussi: Aimer ou partager sur les réseaux sociaux: quels sont les risques?

ctr

Publié le 29 mai 2017 à 18:01 - Modifié le 29 mai 2017 à 22:55