Publié

Le Tessin veut aussi accorder la priorité aux apprentis indigènes

Encore relativement isolées en Suisse romande, les baisses de salaires se multiplieraient par contre Outre-Sarine. [Gaël Klein - RTS]
Le Tessin veut se doter d'une préférence indigène pour les apprentissages / Le 12h30 / 1 min. / le 2 mars 2017
Après l'initiative "Les Nôtres d'abord", le Tessin veut également accorder la priorité aux apprentis indigènes, concurrencés par l'explosion des candidatures de jeunes frontaliers.

Les places d'apprentissage sont très convoitées par les jeunes frontaliers, parfois adultes et même déjà titulaires d'un diplôme italien. C'est pourquoi le conseil d'Etat tessinois se réserve le droit de geler les contrats d'embauche des candidats frontaliers âgés de plus de 19 ans aussi longtemps que l'ensemble des futurs apprentis indigènes n'auront pas trouvé une place dans la branche souhaitée.

Les permis B également concernés

Les autorités cantonales avaient déjà commencé à sensibiliser les employeurs à cette problématique dès 2013. Mais l'une des nouveautés cette année est que la mesure concerne désormais également les apprentis étrangers détenteurs d'un permis B délivré après le 1er septembre 2016.

A titre d'exemple, Migros Tessin a vu le nombre de candidatures en provenance de Lombardie ou du Piémont, mais parfois même du sud de l'Italie, exploser depuis 4 ans. Et la pression reste constante face à un taux de chômage des jeunes qui dépasse les 40% dans la Péninsule.

Les secteurs les plus convoités sont notamment la vente, la logistique, les cabinets dentaires ou les instituts de beauté. Des candidatures qui sont une aubaine aux yeux de certains employeurs, qui profitent d'un collaborateur souvent déjà formé, avec une certaine maturité, mais au prix d'un apprenti.

Nicole della Pietra/jzim

Publié