Modifié

Bataille juridique à Zurich après un contrôle "au faciès"

Le plaignant sur le chemin du tribunal, lundi 07.11.2016 à Zurich. [Ennio Leanza - Keystone]
Bataille juridique à Zurich après un contrôle "au faciès" / Le Journal du matin / 1 min. / le 8 novembre 2016
Un tribunal zurichois a confirmé lundi l'amende infligée par la police à un homme qui n'avait pas voulu donner son identité. Se disant victime d'un contrôle au faciès à cause de sa couleur, il veut faire recours auprès du tribunal cantonal.

Les faits se sont déroulés en février 2015 à la gare de Zurich. Trois policiers ont voulu contrôler l’identité d’un homme de 42 ans. Mais ce Suisse d'origine kenyane, qui se rendait à son travail, a refusé de montrer ses papiers parce qu'il estimait n’avoir rien à se reprocher. Les policiers l'ont alors fouillé pour l'identifier puis lui ont infligé une amende de 100 francs pour son refus d'obtempérer.

Se battre en respectant la loi

C'est cette amende que l'homme conteste, se disant victime de "profiling racial" - un contrôle en raison seulement de sa couleur de peau. Une alliance de personnes et d'associations s’est constituée pour faire de ce cas un exemple, dénonçant le racisme institutionnel qui serait à l'oeuvre dans la police. Il y aurait plusieurs dizaines de situations similaires par année à Zurich, selon la médiatrice de la ville.

Le juge a pourtant confirmé l'amende lundi. Il a encouragé l'homme contrôlé à se battre contre les préjugés, mais au moyen de l'Etat de droit et en respectant la loi. Mais l'intéressé n'accepte pas le verdict et la Cour suprême de Zurich devra donc se prononcer.

Etienne Kocher/oang

Publié Modifié