Modifié le 31 octobre 2016

Le conseiller municipal zurichois Richard Wolff dans la tourmente

Richard Wolff, directeur de la Sécurité de la Ville de Zurich.
Le municipal en charge de la Sécurité à Zurich dans la tourmente Forum / 2 min. / le 31 octobre 2016
Après s'être dessaisi de la gestion controversée du plus grand squat de Zurich, fréquenté par ses deux fils, le municipal Richard Wolff se retrouve plus isolé que jamais au sein de l'exécutif de la ville.

Fêtes illégales, plantations visibles de cannabis et autres nuisances, depuis la fin de l'été, les plaintes se sont multipliées autour des activités sur le site du squat Koch Areal à Zurich.

En charge du dossier, le municipal de la gauche alternative Richard Wolff a reconnu récemment le soupçon de partialité à son encontre dans la gestion de cet espace alternatif. En effet, ses deux fils font partie des occupants du site. L'élu en charge de la Sécurité a d'ailleurs lui-même fait partie de la scène des squats dans les années 1980. Ces éléments ont poussé Richard Wolff à se récuser vendredi dernier et à se faire remettre à l'ordre publiquement par la maire de Zurich, Corine Mauch.

A noter que Richard Wolff fait également l'objet d'une enquête du Ministère public pour abus d'autorité et entrave à l'action pénale dans une autre affaire.

Camp rose-vert affaibli

Ces affaires n'ont pas manqué d'affaiblir le camp rose-vert, majoritaire à la ville de Zurich (six membres de l'exécutif sur neuf). Les commentaires dans la presse sont acerbes, le Tages-Anzeiger demandant par exemple la démission de Richard Wolff et la NZZ dénonçant la sclérose du camp rose-vert et le cartel de la gauche.

Certains observateurs voient également dans ces affaires une stratégie électorale de la part du Parti socialiste en vue des élections de 2018: en affaiblissant l'élu de la gauche de la gauche, le PS pourrait en effet éliminer cette concurrence et renforcer sa position. Richard Wolff joue donc son avenir ces prochaines semaines.

Quant au squat du Koch Areal, le nouveau responsable du dossier, le Vert Daniel Leupi (chef des Finances) a annoncé une conférence de presse mardi concernant la suite des événements.

Rouven Gueissaz/hend

Publié le 31 octobre 2016 - Modifié le 31 octobre 2016