Modifié

Une mosquée de Winterthour licencie son imam pour radicalisation

La mosquée An'Nur à Winterthour est depuis plusieurs années dans le collimateur des enquêteurs. [Walter Bieri - Keystone]
La mosquée An'Nur à Winterthour est depuis plusieurs années dans le collimateur des enquêteurs. [Walter Bieri - Keystone]
Le religieux qui officiait à la mosquée An'Nour de Winterthour a été licencié. Il avait régulièrement appelé au djihad, à la radicalisation et au mépris du droit suisse dans ses sermons, selon une information de la Sonntagszeitung.

"L'homme doit partir à la guerre. C'est son djihad", a martelé l'imam à maintes reprises lors des prêches du vendredi. Les lois suisses "ne l'intéressent pas", affirmait-il également, "les lois islamiques se situant au-dessus des lois séculières", rapport la Sonntagszeitung.

L'imam avait rejoint la mosquée An'Nour au début 2016, en remplacement d'un confrère également soupçonné de radicalisation, relate le quotidien.

Recrutement dans la rue

Selon des collaborateurs de la mosquée et des fidèles, le système de radicalisation à Winterthour s'appuie sur le recrutement de jeunes croyants dans la rue ou dans d'autres mosquées, invités ensuite à un entretien personnel avec l'imam. Une jeune repentie a qualifié cette méthode de "lavage de cerveau".

Plusieurs témoins ont également affirmé que la mosquée bénéficiait du soutien financier du groupe terroriste Etat islamique, une accusation réfutée par les dirigeants de l'établissement.

kkub

Publié Modifié