Modifié le 13 décembre 2014 à 21:37

Violents heurts entre policiers et casseurs au centre-ville de Zurich

Des émeutiers ont attaqué les forces de l'ordre à Zurich et saccagé le centre-ville
Des émeutiers ont attaqué les forces de l'ordre à Zurich et saccagé le centre-ville 19h30 / 1 min. / le 13 décembre 2014
Des activistes issus de la gauche autonome ont affronté la police dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich. Sept agents ont été blessés. Les dégâts s'élèvent à plusieurs centaines de milliers de francs.

Une violente manifestation, non autorisée, a éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich. Les polices municipale et cantonale ont dû utiliser la force pour maîtriser les quelque 200 casseurs issus de la gauche autonome.

Les émeutiers, masqués et armés de barres de fer, ont détruit de nombreuses vitrines, pillé des magasins, mis le feu à des voitures et à des conteneurs. Ils ont "délibérément attaqué" les forces de l'ordre, écrit samedi la police.

Quatre arrestations

Les policiers ont été visés par des jets de pierres et d'engins pyrotechniques. Ils ont répliqué à coups de balles en caoutchouc et de canons à eau. Sept agents ont dû être hospitalisés pour des blessures aux yeux et aux oreilles.

Les violentes manifestations ont fait plusieurs centaines de milliers de francs de dégâts matériels. La police n'a pas fait état d'éventuels blessés dans les rangs des activistes.

Quatre manifestants, âgés de 20 à 36 ans, ont été arrêtés. Deux sont de Suisse, un du Liechtenstein et le quatrième du Royaume-Uni. Ils sont accusés d'émeute et de dommages à la propriété.

ats/dk

Publié le 13 décembre 2014 à 08:01 - Modifié le 13 décembre 2014 à 21:37

Reprendre la possession de la rue

Les manifestants portaient une banderole avec l'inscription en anglais "Reclaim the Streets" (reprenons possession de la rue), selon des photos de lecteurs-reporters, diffusées sur plusieurs portails internet.

"Nous reprenons possession de la rue pour protester contre l'embourgeoisement progressif de la ville et la destruction des projets alternatifs", indiquent les activistes dans un appel publié sur le site indymedia.