Publié

La famille syrienne expulsée de Suisse en juillet obtient l'asile en Italie

Le père de famille, le 9 juillet dernier, sortant de l'hôpital de Domodossola avec le cercueil de son enfant mort-né. [Screenshot SRF - Keystone]
Le père de famille, le 9 juillet dernier, sortant de l'hôpital de Domodossola avec le cercueil de son enfant mort-né. [Screenshot SRF - Keystone]
La famille syrienne, dont la mère avait été victime début juillet d'une fausse couche lors de son renvoi en Italie par les gardes-frontière suisses, a obtenu l'asile à Domodossola.

La mère de famille syrienne victime d'une fausse couche le 4 juillet alors qu'elle était renvoyée en Italie par les douaniers suisses, a obtenu l'asile dans la Péninsule. Le statut de réfugié politique a également été accordé à son mari et à ses trois enfants en bas âge.

Dès la semaine prochaine, la famille sera transférée dans une structure d'accueil de Lodi, près de Milan, a indiqué vendredi Liliana Graziobelli, vice-maire de Domodossola.

Premiers résultats de l'enquête

Suite à l'incident, le Corps des gardes-frontière avait ouvert une enquête interne. Les premiers résultats indiquent qu'une faute "ne peut pas être exclue", selon les douanes. Au vu de la gravité des reproches, le cas avait été transmis à la justice militaire, qui poursuit l'enquête.

L'organisation "Augenauf" a en outre porté plainte auprès du Ministère public de la Confédération contre les douaniers impliqués pour abus d'autorité, non-assistance à personne en danger et éventuellement homicide par négligence ou négligence grave.

ats/aqs

Publié

Rappel des faits

Le 4 juillet, un groupe de 36 réfugiés syriens avait été reconduit de Vallorbe à Domodossola par quinze collaborateurs du Corps des gardes-frontière.

La jeune femme, âgée de 22 ans et enceinte de sept mois, avait été prise de saignements en traversant la Suisse. Celle-ci avait été hospitalisée une fois arrivée en Italie, à Domodossola, mais l'enfant était déjà mort.

Son mari, âgé de 36 ans, avait accusé les gardes-frontière d'avoir refusé toute aide médicale à son épouse, malgré des appels à l'aide répétés.