Publié

L'administration tessinoise privilégiera ses chômeurs avant les frontaliers

Sur les 5000 fonctionnaires cantonaux au Tessin, il n'y a que 119 frontaliers. [Martin Ruetschi - Keystone]
Sur les 5000 fonctionnaires cantonaux au Tessin, il n'y a que 119 frontaliers. [Martin Ruetschi - Keystone]
Le Grand Conseil tessinois a accepté mercredi trois motions qui empêchent l'administration d'engager un frontalier si un chômeur du canton présente le profil recherché.

Lorsqu'un poste se libère dans l'administration tessinoise, les chômeurs doivent être avantagés. Le Grand Conseil a accepté mercredi soir trois motions de l'UDC, des Verts et de la Lega allant dans ce sens. L'idée s'inspire d'une pratique similaire à Genève.

Avant de mettre une place au concours externe, les offices de placement doivent à l'avenir voir si une personne au chômage présente le profil recherché. Mais cela ne donnera pas pour autant un "droit" à l'engagement, a précisé la ministre des Finances Laura Sadis.

Peu d'effets attendues

Le nouveau système signifie que les autorités ne demandent une autorisation de travail pour du personnel étranger que si aucune personne en recherche d'emploi domiciliée au Tessin n'entre en ligne de compte pour un poste.

Pour Laura Sadis, cette nouvelle réglementation n'aura que peu d'effets. Sur les 5000 fonctionnaires cantonaux, il n'y a que 119 frontaliers. Ceux-ci sont surtout employés dans le secteur de la santé où le personnel qualifié manque.

ats/gchi

Publié