Publié

Les autorités zurichoises pas responsables de la fuite de données entre 2006 et 2012

La ville de Zurich. [Gaetan Bally - Keystone]
Le département de la justice zurichoise va communiquer sur l'affaire des fuites / Le 12h30 / 2 min. / le 6 décembre 2022
Le département cantonal zurichois de la justice n'est pas responsable de la fuite de données survenue entre 2006 et 2012. Une enquête administrative externe blanchit les autorités tout en relevant l'absence de professionnalisme dans le remplacement des ordinateurs durant la période concernée.

La manière d'éliminer les ordinateurs remplacés au sein du département de justice entre les années 2006 et 2012 était "non professionnelle, négligée et peut-être répréhensible sur le plan pénal", a déploré la ministre de la justice Jacqueline Fehr (PS) face aux médias. "Elle n'aurait jamais dû se dérouler ainsi."

Le rapport externe, mandaté par le département de justice, révèle que les règles entourant l'élimination de données sont restées insuffisantes jusqu'en 2014. Le service informatique du département a mis en oeuvre des processus standardisés en la matière à partir de 2013, mais la société de conseil juridique mandatée pour l'enquête administrative n'a pu constater de directives contraignantes qu'à partir de 2014.

Plusieurs médias ont révélé, la semaine dernière, qu'une fuite de données était survenue entre 2006 et 2016 au sein du département zurichois de la justice en raison d'une élimination insuffisante de disques durs lors du remplacement de nombreux ordinateurs. Certaines données sensibles seraient parvenues en mains criminelles dans le milieu de la drogue et de la prostitution, notamment.

Il s'agit notamment d'expertises psychiatriques concernant des accusés ainsi que des informations du Ministère public et du département de la justice.

ats/ther

Publié