Modifié

La carte postale de l'Alpstein (AI) entachée d'accidents mortels cet été

Cinq randonneurs ont perdu la vie cet été sur les sentiers escarpés du massif de l’Alpstein, en Appenzell [RTS]
Cinq randonneurs ont perdu la vie cet été sur les sentiers escarpés du massif de l’Alpstein, en Appenzell / 12h45 / 2 min. / vendredi à 12:45
La fameuse auberge Äscher, située sur le massif de l’Alpstein en Appenzell, est l'une des cabanes les plus photographiées au monde. Mais le site fait parler de lui pour une autre raison cet été: cinq personnes ont déjà perdu la vie sur les sentiers très escarpés de la région.

L'auberge Äscher, dans l'Alpstein appenzellois, attire chaque année des milliers de touristes suisses et étrangers. Mais pour faire de la randonnée dans la région, il ne faut pas avoir le vertige et être bien équipé.

"Je ne voudrais pas monter ici avec des enfants"

Et les marcheurs croisés sur place jeudi avaient tous en tête les cinq morts survenus depuis juin dernier sur ces sentiers escarpés (lire encadré). “Cela peut être dangereux, en particulier si c’est mouillé. Je ne voudrais pas descendre maintenant avec ces chaussures”, remarque l'une des personnes interrogées.

"J'ai déjà glissé aussi", renchérit une autre. "Ce n'était pas grave, mais j'ai vu qu’il y a des endroits où on ne peut pas se rattraper. Je ne voudrais pas monter ici avec des enfants”.

Appel à renforcer les mesures de prévention

En Suisse, le nombre d’accidents mortels en montagne est passé de 32 en 2012 à 68 l’an dernier. Et l’Alpstein fait partie des régions du pays où le nombre de décès est le plus élevé.

Pour le chef de la sécurité du Club alpin suisse (CAS), de nombreux randonneurs ne sont pas conscients des risques et il faut plus de prévention.

“C'est surtout au Bureau de prévention des accidents, à Suisse Rando, aux cantons, à la Confédération, d’informer au mieux les randonneurs", estime-t-il vendredi dans le 12h45 de la RTS. "Le BPA fait déjà une campagne, mais manifestement on n'atteint pas encore toutes les personnes que l'on devrait”, souligne Bruno Hasler.

Pas d'entrée en matière des autorités locales

Les randonneurs ne sont pas seuls responsables des accidents mortels, et des voix s’élèvent pour demander la suppression des pierres d’achoppement sur ces sentiers de l'Alpstein. Mais le responsable du secteur estime que ces chemins sont bien entretenus et qu'il n'y a pas besoin d’en faire plus.

"Si nous adoucissons le chemin et le rendons plus facilement praticable, les prochains à venir seront les vélos", avertit Bruno Huber, chef du district de Schwende-Rüte (AI). "C’est simple", poursuit-il: "Nous pouvons faire ce que nous voulons, nous aurons toujours une clientèle qui n'est pas à la hauteur des exigences”.

En Appenzell, les enquêtes sur les cinq accidents survenus cet été sont toujours en cours. Elles devront déterminer si de nouvelles mesures de sécurité sont nécessaires.

>> Lire aussi: Pierre Mathey: "La montagne est un espace de liberté qui doit le rester"

Remi Bütler/Julien Guillaume/oang

Publié Modifié

Les récents accidents dans le massif de l'Alpstein

Une femme de 31 ans et sa fille de 5 ans sont mortes au cours d'une randonnée en famille lundi dans le massif de l'Alpstein. Elles ont chuté dans une forte pente pour une raison inconnue.

Deux randonneurs, une Allemande de 66 ans et un Bernois de 58 ans, avaient déjà perdu la vie en l'espace d'une heure le 19 juillet dernier dans la même région.

Le 26 juin, une promeneuse de 75 ans avait aussi fait une chute mortelle de 80 mètres depuis le même chemin.