Modifié

Haut gradé de la police schwytzoise accusé d'avoir mené un trafic d'armes

Le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone, photographié ici le 6 octobre 2020. [Francesca Agosta - Keystone]
Le procès d'un ex-chef de police schwytzois accusé d'avoir revendu des armes s'ouvre ce vendredi / Le 12h30 / 1 min. / le 9 avril 2021
Le procès du chef de la logistique de la police cantonale schwytzoise s'est ouvert jeudi au Tribunal pénal fédéral à Bellinzone (TI). Le haut gradé est accusé d'infraction à la loi sur les armes et risque quatre ans prison pour avoir mené un trafic d'armes à feu et de munition sur internet.

Cette histoire est assez rocambolesque. Le policier avait l'apparence d'un homme sans histoire, comme le raconte la presse alémanique. Ce père de trois enfants au casier vierge a passé une quinzaine d’années dans la police. Mais dans l'ombre, il avait une passion: les armes à feu.

L'ancien chef aurait eu des contacts réguliers avec un revendeur allemand, un certain "John". C'est lui qui, une fois arrêté, a dénoncé le Schwytzois comme son "complice et fournisseur".

300'000 pièces disparues

L'accusé avoue avoir commandé et détourné des munitions alors qu'il était en service. Pas moins de 300'000 pièces ont disparu, selon la police cantonale.

Il reconnaît "Eine Riesendummheit" (une immense bêtise), mais rien qui ne "ferait de lui un grand criminel." dit-il.

Rôle à déterminer

Ce sera justement le rôle de la justice de déterminer dans quelle mesure il était réellement impliqué dans un commerce illégal d'armes sur le darkweb, la partie du web cachée. 

L'ancien officier est poursuivi pour infraction commerciale à la loi sur les armes à feu, détournement de fonds, falsification de documents, conduite malhonnête dans l'exercice de ses fonctions et violation du secret de fonction..

L'homme, qui a déjà passé 72 jours derrière les barreaux, risque quatre ans de plus.

Joëlle Cachin/jfe

Publié Modifié