Publié

Zurich va purger sa vieille ville d'inscriptions historiques jugées racistes

La Ville de Zurich va supprimer de sa vieille ville des inscriptions historiques jugées racistes. [Roland Fischer, Zürich - CC-BY-SA 3.0]
Zurich va purger sa vieille ville d'inscriptions historiques jugées racistes / La Matinale / 1 min. / le 9 avril 2021
La maire de Zurich Corine Mauch a annoncé jeudi son intention de supprimer de la vieille ville zurichoise certaines inscriptions historiques qui comportent un caractère raciste. Ailleurs en Suisse, les pratiques varient et un consensus n'a pas encore émergé.

Certaines traces coloniales, héritage de l'histoire, n'ont rien à faire dans les rues de Suisse: tel est l'avis de la municipalité de Zurich. Or, dans le "Niederdorf" de la plus grande ville du pays, on trouve une petite dizaine de bâtisses couvertes de l'inscription "zum Mohrenkopf", l'équivalent alémanique de la "tête de nègre", ou encore "Mohrentanz".

Intolérable pour la Ville, qui a décidé de supprimer ces écritures sur les trois bâtiments qui lui appartiennent. "Si on les laisse là, ça donne le signal que l'on ne pense pas à l'effet qu'elles peuvent avoir sur les personnes qui ont, elles-mêmes, une histoire liée au racisme", a justifié la maire socialiste de Zurich Corine Mauch dans La Matinale de la RTS vendredi.

Supprimer ou expliquer?

Ces suppressions constituent une petite partie d'un travail historique plus vaste mené par Zurich. Depuis l'été dernier, un groupe d'experts est chargé de répertorier les différentes traces de son passé colonial et de les analyser au cas par cas. Pas question, pour le moment, de toucher à la statue d'Alfred Escher ou de renommer des rues. Partout où cela est possible, on préfère y ajouter des plaques explicatives.

>> Lire aussi: La ville de Zurich a été liée à l'esclavagisme, selon une étude

Est-il préférable de supprimer ou d'expliquer? Pour l'historien Dominique Dirlewanger, les deux options sont défendables: "Idéalement, la mise en contexte peut apparaître comme une solution pédagogique intéressante. Mais sur certaines figures très polémiques, l'effacement (...) peut faire sens. L'histoire est composée de la mémoire, mais l'oubli et le pardon font également partie d'un processus historique", avance-t-il.

Pas de politique uniforme

Dans plusieurs villes de Suisse, les débats ont été animés l'été dernier et les stratégies en la matière varient encore. Neuchâtel avait par exemple rebaptisé son espace Louis Agassiz, mais laissé sa place à David de Pury. Quant à Genève, pour le moment, elle ne touche pas au Boulevard Carl-Vogt.

>> Lire à ce sujet: La polémique autour de David de Pury fait réfléchir la Ville de Neuchâtel

Sujet radio: Joëlle Cachin
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié