Publié

Le PDC lucernois décide de son futur nom sous l'œil des autres sections

Des membres du PDC lucernois se sont unis en faveur d'une solution de compromis. [Urs Flüeler - Keystone]
Le PDC lucernois décide de son futur nom sous l'œil des autres sections / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2021
Bastion historique du Parti démocrate-chrétien, le canton de Lucerne doit se prononcer à son tour sur son appellation future et abandonner peut-être son nom historique. La question suscite débat et controverse.

Les 17'000 délégués lucernois doivent donner leur avis sur la question jusqu'au 18 avril. Ce vote consultatif doit trancher une fois pour toutes en proposant deux variantes, et c'est un dilemme pour beaucoup: il faut choisir entre garder l'ancien nom, le PDC, ou devenir Le Centre.

Pas de solution de compromis

La voie du milieu, avec le double nom, n'a en revanche pas été retenue. Et cette décision fâche Albert Schwarzenbach, qui est à la tête d'un comité en faveur d'une solution de compromis.

"Ils veulent montrer que le canton de Lucerne fait ce que veut la direction suisse. C'est une question stratégique, ils veulent avoir de bons élèves", explique-t-il mercredi dans La Matinale de la RTS.

"Une question d'identité"

Le canton de Lucerne ne se donnerait donc pas le temps de débattre des valeurs, symbolisées par le "C" de chrétien.

Mais "pour nous c'est important, c'est une question d'identité, cela dit qu'il y a un engagement social", explique Albert Schwarzenbach. "C'est un autre message si on dit 'Le Centre'. Dites-moi ce qu'est le message! C'est aussi une histoire. Ce n'est pas la même chose à Berne ou à Zurich, où le parti est petit. Là, ça ne change pas grand-chose".

A Fribourg canton de tradition catholique, le PDC a pourtant fait le pas et s'appelle désormais Le Centre. Obwald, lui, vient de se prononcer pour le double nom: CVP Obwalden - die Mitte.

La décision lucernoise très attendue

Dans plusieurs autres cantons, la réflexion n'est pas encore venue. Les sections cantonales ont du reste jusqu'en 2025 pour se décider. Mais la direction que prendra Lucerne pourrait donner le ton.

Delphine Gendre/oang

Publié