Modifié

Le Tessin subit une recrudescence des vols avec violence

Arrestation d'un homme à Bellinzone (TI). [Carlo Reguzzi - Ti-Press/Keystone]
Le Tessin subit une recrudescence des vols commis avec violence / Le 12h30 / 1 min. / le 24 août 2020
Confrontées à une hausse de la petite délinquance, les autorités de Chiasso (TI), qui compte l’un des principaux centres de requérants d’asile de Suisse, demandent des comptes au Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Aux premières heures du matin, vendredi dernier, un requérant d'asile libyen de 55 ans a forcé deux barrages de police à bord d'une voiture volée à Chiasso (TI). Un agent a dû faire usage de son arme pour stopper le véhicule.

Des larcins de ce genre, tout comme des vols à la tire ou des cambriolages: la petite ville de Chiasso, à la frontière avec l'Italie, fait face cet été à une hausse importante de la petite délinquance. Un phénomène qui s'observe également ailleurs en Suisse, comme à Neuchâtel, par exemple, où des affiches ont été placardées appelant les autorités à agir, sans quoi ses auteurs feront justice par eux-mêmes.

Appel à l'aide

Selon les autorités de Chiasso, le profil de ces délinquants serait toujours le même, à savoir "de jeunes Africains du Nord en errance et souvent liés à l'asile".

Quoi qu'il en soit, pour le dicastère de la sécurité de la petite ville de frontière, c'en est trop. Ce dernier a demandé au Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) d’intervenir fermement. Mais si le SEM est conscient du problème, il a déjà fait savoir qu'il ne pouvait rien faire d'autre que les sanctions disciplinaires déjà prévues par la loi, à savoir les interdictions de sortie d’une demi-journée ou d’une journée entière et la privation du pécule pour les dépenses quotidiennes.

Pour la municipalité de Chiasso, il s'agit "de mesures dérisoires". Elle a déjà promis de revenir à la charge prochainement.

Nicole della Pietra/fgn

Publié Modifié