Publié

Pas de passeport suisse pour le Kosovar en survêtement

Des passeports suisses et étrangers (image d'illustration). [Christian Beutler - Keystone]
Des passeports suisses et étrangers (image d'illustration). [Christian Beutler - Keystone]
L'assemblée bourgeoisiale de la commune de Bubendorf, à Bâle-Campagne, a refusé pour la deuxième fois de naturaliser un homme qui pourtant remplissait toutes les conditions requises. La presse bâloise et alémanique s'en offusque, surtout parce que le refus n'est pas motivé.

Hamdi Halili rêve d'être suisse. Un privilège qui lui est refusé une première fois il y a trois ans, sous prétexte qu'on le voit trop souvent se balader en pantalons de training au village.

C'est un motif non valable, son cas doit être réexaminé, estime le Tribunal cantonal de Bâle-Campagne. C'est chose faite depuis samedi, et le Kosovar essuie un nouveau refus, de justesse, sans aucune explication cette fois-ci.

Le Conseil communal avait pourtant estimé qu'il remplissait toutes les conditions pour obtenir le passeport suisse, mais il s'est abstenu lors du vote, sans doute fâché de se voir imposer la marche à suivre par la justice cantonale.

L'épouse et les deux fils naturalisés

Quant à l'épouse et aux deux fils du Kosovar, tous trois naturalisés, ils n'ont pas été admis à l'assemblée, ni du reste les médias, qui dénoncent aujourd'hui des méthodes d'un autre âge.

Le candidat fera sans doute une troisième tentative, s'il ose encore y croire, tandis que des politiques annoncent qu'ils s'engageront pour faire changer la loi.

Alain Arnaud/sjaq

Publié

Bubendorf, Bâle-Campagne