Modifié

Le Tessin envisage de déduire les pauses-cigarettes des fonctionnaires

La proposition tessinoise vise à ne pas défavoriser les fonctionnaires non-fumeurs. [Laurent Gilliéron - Keystone]
La proposition tessinoise vise à ne pas défavoriser les fonctionnaires non-fumeurs. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le gouvernement tessinois va examiner la possibilité de faire timbrer les fonctionnaires qui prennent leur pause-cigarette durant les heures de travail. L'idée, polémique, pourrait faire des émules.

Répondant mercredi à une interrogation parlementaire de la Lega sur ce sujet, le Conseil d'Etat tessinois a promis de se pencher sur la question. Une décision en ce sens pourrait constituer une première au sein de la fonction publique et faire des émules ailleurs en Suisse.

Lors d'un débat organisé par l'émission Forum, le conseiller d'Etat tessinois Norman Gobbi (Lega), en charge de la Justice, a expliqué pourquoi le gouvernement cantonal souhaitait aborder la question: "C'est une situation que l'on veut monitorer parce qu'on a eu des réclamations de la part des autres collaboratrices et collaborateurs de l'administration cantonale tessinoise." Mais le ministre précise que la cigarette n'est pas seule en cause: "Cela concerne aussi, par exemple, celles et ceux qui regardent leur smartphone."

Le tabagisme, une maladie

Face à lui, le syndicaliste Paolo Gilardi, membre du Syndicat des services publics (SSP), rappelle que le tabagisme est une maladie. "Or une maladie ne se soigne pas à coup de timbrage, de répression", dit-il, "il faut prendre des mesures pour y faire face."

Le défenseur des travailleurs envisage plutôt des mesures incitatives, comme des jours de congé supplémentaires pour les employés qui ne fument pas durant les heures de travail.

La productivité en question

Le conseiller d'Etat Norman Gobbi relève aussi une question de productivité pour des employés payés par les citoyens. Mais Paolo Gilardi met en garde contre cet aspect "qui peut mener très loin", souligne-t-il. "Une personne qui mange trop et qui grossit a-t-elle la même productivité qu'une personne qui prend soin de son alimentation? On entre dans une situation qui permet tous les abus."

>> Le débat entre Paolo Gilardi et Norman Gobbi dans Forum:

Les fonctionnaires tessinois pourraient devoir timbrer leur pause cigarette: Débat entre Norman Gobbi et Paolo Gilardi [RTS]
Les fonctionnaires tessinois pourraient devoir timbrer leur pause cigarette: Débat entre Norman Gobbi et Paolo Gilardi / Forum (vidéo) / 8 min. / le 16 octobre 2019
Publié Modifié

Rares expériences dans le privé

Dans le privé, seules quelques rares entreprises ont franchi le pas jusqu'ici. C’est notamment le cas de la fonderie biennoise Stadler SA, qui a introduit cette mesure il y a plus de dix ans déjà.

A la Compagnie industrielle de Monthey (CIMO), on a voulu éviter de stigmatiser les fumeurs. La possibilité de prendre des pauses non-payées a été introduite il y a plus de deux ans, quels que soient le motif et les besoins des collaborateurs (fumée, rendez-vous avec un banquier, série de téléphones privés, etc). Ce système est basé sur la confiance et le bilan est très positif selon CIMO.

La problématique divise jusqu'aux chercheurs, notamment autour de la question de la productivité. Ainsi, une récente étude américaine estime qu’un fumeur coûte en moyenne quelque 6000 francs par année à son employeur, alors que l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), dans une autre étude, met en exergue les effets positifs des pauses-cigarettes sur la créativité.