Modifié le 11 septembre 2019 à 17:26

L'homme à la tronçonneuse reconnu coupable par la justice schaffhousoise

Une filiale de l'assurance CSS avait été attaquée par un homme muni d'une tronçonneuse en 2017.
Procès à Schaffhouse de "l'homme à la tronçonneuse", jugé irresponsable Le 12h30 / 1 min. / le 11 septembre 2019
Le forcené de 53 ans qui avait attaqué à la tronçonneuse une filiale de l'assurance CSS en 2017 à Schaffhouse est reconnu coupable de tentatives de meurtre. Schizophrène, il écope d'une thérapie stationnaire en milieu fermé.

L'homme à la tronçonneuse, comme il a été surnommé, comparaissait mercredi devant le tribunal schaffhousois de première instance. Dans son verdict, la Cour l'a déclaré irresponsable de ses actes.

Elle a suivi le réquisitoire du procureur qui demandait une mesure stationnaire garantissant que l'accusé ne puisse pas en sortir aussi longtemps qu'il représente un danger pour la société. Cette disposition du Code pénal est également appelée "petit internement".

Le quinquagénaire avait regretté ses actes à l'ouverture du procès. "J'avais peur, je voulais me défendre. Je ne voulais tuer personne, juste me protéger contre les forces maléfiques qui m'attaquaient. Je me rends bien compte aujourd'hui que c'était une erreur", a-t-il déclaré.

Schizophrénie paranoïaque

Le 24 juillet 2017, ce marginal avait fait irruption dans les locaux schaffhousois de la CSS, tronçonneuse rugissante au poing. Deux employés de la filiale avaient été sérieusement blessés.

L'affaire avait tenu toute la Suisse en haleine durant deux jours. Le forcené avait en effet réussi à prendre la fuite, avant d'être finalement retrouvé à Thalwil, près de Zurich. Plus de 300 policiers avaient été mobilisés. Au moment de son arrestation, il portait un cabas dans lequel étaient contenues deux arbalètes chargées.

Le quinquagénaire souffre d'une grave schizophrénie paranoïaque et hallucinatoire, selon une expertise.

Alain Arnaud/ats

Publié le 11 septembre 2019 à 12:53 - Modifié le 11 septembre 2019 à 17:26