Modifié le 19 mai 2019 à 08:51

L'étude de squelettes jette la lumière sur les victimes de placements forcés

Le centre de correction cantonal Realta à Cazis.
Les victimes de placements forcés dans le canton des Grisons souffraient de maltraitance La Matinale / 1 min. / le 14 mai 2019
Les victimes de placements forcés dans le canton des Grisons souffraient de maltraitance, selon l'étude de nombreux squelettes par des chercheurs. Plus de 100 tombes ont ainsi été excavées du centre de correction cantonal Realta à Cazis.

Les chercheurs ont profité de la construction d'un nouveau bâtiment pénitentiaire pour excaver les 103 tombes. Des centaines de pensionnaires internés depuis le milieu du XIXe siècle y sont enterrés. S'ils s'y trouvaient, c'est parce qu'ils passaient pour débauchés, réfractaires au travail, fous ou simplement s'écartant de la norme.

Les nouvelles analyses révèlent que certains y étaient aussi pour raisons de santé, notamment pour la syphilis congénitale ou des maladies génétiques. Elles indiquent surtout que les conditions de vie y étaient rudes, et que l'état physique des internés s'y détériorait rapidement.

Côtes cassées

Beaucoup de pensionnaires ont contracté la tuberculose. Le nombre "extrêmement élevé" de côtes cassées révèle par ailleurs les mauvais traitements qui y étaient légion.

Les Grisons comptent plusieurs milliers de victimes de placements forcés, un monument en leur mémoire leur rend hommage depuis peu sur les hauts de Coire. En Suisse, les estimations font état de 50'000 à 60'000 victimes des mesures de coercition à des fins d'assistance. La pratique n'a cessé qu'au début des années 1980.

Alain Arnaud/gma

Publié le 14 mai 2019 à 16:28 - Modifié le 19 mai 2019 à 08:51